HomeActualitéMartine…

Martine…

Published on

Archives

Casterman est un éditeur que les grands enfants adorent.  C’est grâce à lui que nous avions commencé à imaginer le monde : Tintin pour les petits garçons et Martine pour les petites filles.  Martine, l’héroïne éponyme de cette série, a inspiré beaucoup de parents dans le choix du patronyme de leurs poupons.  Les babyboomers ont eu la chance de lire les premiers albums, à partir de 1954, et de voir leurs petites filles lire les derniers, avec la fin de la série en 2011. 

En février 2017, j’ai regretté le départ de Gilbert Delahaye et de Marcel Marlier.  Les enfants auraient pu lire une nouvelle aventure de Martine.  Mais bref. 

Évidemment, c’est un conte de fée pour les parents, mais il n’y a pas de succès sans jalousie.  Dès le premier jour de la présidence, la robe de Martine, la première Dame, faisait jaser.  Connaissant les tares de notre bonne vieille société, on peut se demander, est-ce l’habit ou le moine qui dérangeait ?  Certains ont dû se résigner, d’autant plus qu’on s’habitue avec : « Ayiti yo pa vle wè-a… »

Les aventures virent parfois au cauchemar.  Le prince charmant semblait être l’opposé des histoires traditionnelles (crapaud qui se mue en beau gosse, ours se transformant en chevalier…), plutôt caméléon que loup.  Avec le temps, on s’apercevait que le prince avait plus de ruse que d’intelligence.  Ses créanciers ont fait ce que nous avions vu.  Les assureurs ont fait les leurs.  Les pleureuses ont donné de la voix.  Tiens, tiens !  Il y a les croque-morts : entendez par cela : politiciens, juges, avocats, journalistes, communicants.  Ces derniers, les croque-mort, nous offrent un épilogue avec un petit air de déjà-vu.  Poursuivre la veuve et les cavaliers de l’apocalypse, n’est-ce pas une façon de nous dire : aviez-vous lu « silencing the past », de Michel Rolph Trouillot.

Gede, c’est loin.   Allez Lunise : chante !  Pinga pale nan zafè moun yo…  Adye…   Lè moun lan se monkonpè li ye.   Lè-n pa la…   Se sa !  Kontinye pran tout moun pou makak…  Comme l’autre, d’ailleurs.

Le titre de cette nouvelle série pourrait être Martine au pays des hyènes.  Non, cela nous rapprocherait trop du Roi lion.  Can you feel the love tonight ?

Guy Craan

Popular articles

Instabilite

De l'instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple...

Mythe ou vérité ? Le peuple haïtien, pour son propre malheur, choisirait-il des bandits comme leaders?

 Les analystes politiques prennent le vilain plaisir de culpabiliser les victimes en guise de...

Un Conseil Présidentiel de 7 membres, à la tête du pays, est-ce pour bientôt?

C’est une démarche boiteuse au mieux, bizarre certainement, mais il fallait bien entreprendre quelque...

La CARICOM recrute 7 nouveaux acteurs haïtiens pour pour une  débauche présidentielle  inédite

Cette organisation qui n’a jamais supporté Haïti dans sa lutte contre ses ennemis internes...

Latest News

Newsreel

Finally, an accord has been reached for the creation of the transitional government that...

Togo : l’ombre de l’intimidation plane sur l’opposition

Au Togo, plusieurs membres de l’opposition ont été interpellés et gardés à vue. Le...

La conjecture d’Haïti.

L’institut de mathématique Clay a retenu sept défis mathématiques réputés insurmontables et offre un...