HomeActualitéInstabilite

Instabilite

Published on

Archives

De l’instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple haïtien mérite une réciprocité internationale agissante par la poésie !

De nos jours, Haïti est le spectacle vivant d’une situation de dégénérescence sociopolitique meurtrière où certains pays occidentaux comme les États-Unis, la France et le Canada  participent activement à la ruiner et à violer quotidiennement les droits fondamentaux de ses filles et de ses fils. Le tableau est encore plus sombre quand on assiste aux agissements des gangs armés qui font leurs lois avec complicités des élites économiques nationales pourries. Le peuple haïtien mérite une réciprocité internationale agissante par la poésie chez les poètes contemporains du monde entier au regard de la mondialisation.

Depuis plus d’une dizaine d’années, on constate qu’il y a une situation de tension entre les différents groupes dans la société haïtienne.  On assiste à des conflits armés entre les malfrats, et ces conflits ne font que grossir de temps à autre.

Les actes de kidnapping ; la violence sexuelle sur les mineurs et sur les personnes âgées, ainsi que les actes d’assassinats sont des pratiques malsaines à forte intensité où ces malfrats pillaient et terrorisaient à la fois, et ceci en plein jour.

Cette situation a sans doute développé une certaine pathologie chez les Haïtiens. La peur d’exister. La peur d’habiter l’espace ! Cette dernière a provoqué une situation de terreur dans le département de l’Ouest d’Haïti. Dans l’espace de quelques mois, environ 53 mille personnes ont fui la zone métropolitaines de Port-au-Prince pour se réfugier dans d’autres villes du pays, sans oublier la gamme des cerveaux qui ont quitté le pays en allant s’installer à l’étranger.

En effet, ce canal de dégénérescence sociale et politique spectaculaire en Haïti a pris son envol, suivant l’époque, bien évidemment avec l’affaiblissement de l’État par le Fond Monétaire International (FIM), par procuration des projets de financements de destructions de la gestion des choses publiques, dans le but d’instaurer le libéralisme économique. Ce dernier, a ouvert la voie aux capitalistes sauvages ou encore au capitalisme du désastre ; moi, je l’ai nommé [l’ange du chaos]. Profitez de ses franchises, ces hommes aux regards déstabilisateurs se sont tous lancés dans des commerces illicites comme : le trafic d’armes, le trafic de drogues et le trafic d’organes afin de s’enrichir au détriment de la population.

Le chaos prémédité et ce sens répétitif

Vivant en plein bouleversement sociopolitique qui ne connait pas ses limites aujourd’hui, les citoyens haïtiens se trouvent coincés entre les ingérences des puissances impérialistes occidentales en connivence avec les oligarques nationaux pourris. Cette situation-là n’est pas nouvelle. Chronique par ses couleurs complexes ; son vissage double et ses dents invisibles, elle est le fil à la patte de notre condition sociale les plus dramatiques au fil des ans.

Comme nous le constatons, ce même cadre de figure est apparu à travers tous les écrits des poètes et écrivains contemporains haïtiens, depuis le 19ème siècle jusqu’à nos jours. En ce sens, dans ce contexte de la pleine mondialisation de la poésie, on peut se demander quelle réciprocité pour Haïti, chez les poètes contemporains du monde entier?
Lors du Centenaire de naissance, qui a eu lieu les 5 et 6 septembre 2022, au Moulin d’Andé, organisé sur la vie et l’œuvres du célèbre romancier haïtien, Jacques Stephen Alexis, Faouzia Righi de l’Université de Caen-Normandie a analysé le roman  Compère Général Soleil sous l’angle de l’éco-poétique, mettant en évidence la réalité sociopolitique haïtienne en reliant la faillite politique des élites corrompues à la dégradation écologique.

À ses dires, Jacques Stephen Alexis fait en effet partie des premiers auteurs caribéens et francophones à établir un lien fort entre le territoire et les realia. Une lecture éco-poétique permet d’avoir un regard neuf sur ce premier roman de l’auteur qui, à travers une relation organique entre les Haïtiens et la nature, pose en filigrane les jalons d’un horizon politique démocratique possible, tout en annonçant l’anthropocène par la dénonciation des violences que l’occupation américaine perpétue à l’égard du vivant : humain et naturel, rapporte Kathleen Gyssels and Anne Schneider dans Études Caribéennes ( 2023).

Pour Marjorie Jung, spécialiste de Franz Fanon, dans ce roman, Alexis évoque la violence fondatrice, le tragique et la révolution poétique de ce récit qui décrit la réalité dure de la jeunesse haïtienne. Elle démontre comment violence et tragédie pouvaient être “ transcendées par une révolution poétique ”, allant jusqu’à conduire à une thérapie textuelle.

Il est clair qu’en ce grand temps-là, où le peuple haïtien est encore acteur à ce genre de scène de violences indicibles, il faut recourir à ce type de panoramas littéraires qui nous permettra de comprendre et d’analyser ce phénomène d’ordre historique. Une espèce d’ethnocide qui forge le destin de cette jeune nation très déterminée. Une nation jeune et authentique qui se veut être le symbole d’amour et de partage dans un monde déjà en agonie, menacé par  la volonté des autres.

Plus loin, Jung poursuit en disant que la prose poétique et épistolaire dans  Soleil à coudre de Jean d’Amérique permet de s’extraire du tragique grâce à un mouvement dialectique entre l’écriture et la renaissance à la vie traduite par un usage fréquent de la métaphore et de l’oxymore. La création littéraire devient, sous la plume de Jean d’Amérique, tout comme elle l’a été chez J.S. Alexis, un acte de résistance (2023).

Tout ceci, c’est pour traduire les différentes étapes de dénombrement de l’ensembles des processus inter-périodiques reliant entre eux les différentes conjonctures qui nous ont amenés à la bassesse terrifiante. Ces nomenclatures sont des épiphénomènes complexes non négligeables dans cette démarche conditionnée vers l’ethnocide programmée par les anciens pays colonisateurs d’Haïti, comme la France, et aussi les États-Unis d’Amérique (surtout) avec la première occupation américaine d’Haïti en 1915 jusqu’à nos jours.


En tenant compte de ses différentes réalités critiques que dénoncent les écrits poétiques contemporains haïtiens à travers le temps, quels apports solidaires que les autres contemporains du monde entier pourraient-ils apporter au conditionnement social du peuple haïtien ? 

Selon le poète Mohammed Bennis, dans une conférence réalisée, en mai 2002, dans le bureau régional de la poésie pour le monde arabe, notre monde que nous vivons de nos jours est caractérisé par une perte de sens généralisé. En effet, étant le véritable bras régénérateur de la poésie, le poète ou créateur-l’autre [observé par l’Occident], a donc peur de cette vitesse gouvernée par la logique du profit rapide. Du coup, l’importance du monde matériel, l’hégémonie de la consommation et de l’information tyrannique, tout ceci définissant et servant un type de mondialisation qui n’honore pas l’humain, mais réprime le poétique.

De l’autre côté, selon une dénomination caricaturale liée à la nature des choses, Bennis nous prête le concept d’Impérialisme du connu, celui-ci pouvant nous permettre d’analyser la nature stupéfiante de la dite mondialisation. Face à cette dernière, le poète ou le peuple n’a pas seulement peur de se retrouver en perte de vitesse. Mais, par le “ mouvement de l’esprit ”, il a besoin de vivre intensément et profondément le moment, pas d’être entraîné dans une allure qui brouille le sens, castre la pensée, diminue et asservit l’esprit, déshumanise et aussi donne l’illusion de vie.

Effectivement, c’est ce genre de rapport de domination à la poésie vis-à-vis de la poésie de l’autre, à l’ombre de cette mondialisation que le peuple haïtien est en train de remettre en question aujourd’hui, en voulant  se dénoncer le silence complice des poètes contemporains du monde entier qui ignore sa réalité douloureuse comme peuple.

Mais comment pourrons-nous se libérer la poésie dans  l’emprise du mondialisme et aidant les peuples qui souffrent toujours de ses anciens martyrs par-delà du post-colonialisme ? Comment l’apport des poètes contemporains haïtiens pourrait-il aider à redonner son élan à la poésie mondiale ?

« Le poème qui cherche toujours le sens pour ne pas le perdre, et s’interroge sur la manière de donner à l’inconnu le pouvoir de demeurer inconnu » disait, le poète Bennis.

Bien sûr, ici l’inconnu dont parle l’auteur arabique peut être approprié à l’homme haïtien ou le peuple haïtien en particulier. Une telle représentation peut aider à regarder quelle place occupe la poésie contemporaine haïtienne dans le vaste de l’écrit de la mondialisation ?

En fait, depuis la Génération de la Ronde, en passant par l’indigénisme haïtien pour arriver jusque-là, de nombreux poètes haïtiens sont engagés dans la poésie en défendant les différentes positions critiques et idéologiques. Au premier abord, avec le père du surréalisme haïtien, Clément Magloire Saint-Aude, dans ses poèmes Dialogue de mes lampes et Tabou, publié en 1941, la poésie haïtienne a déjà cultivé une certaine maturité. Dans ces vers, l’auteur même osait dire ce qu’on ne pourrait pas dire, mais, cette fois-ci, dans un langage très bien travaillé, claqué de beauté et avec autant de sensibilité humaine. On peut même dire que l’écriture du poète Saint-Aude, c’est l’écriture du silence.

Dans l’Encre est ma demeure, le poète Georges Castera nous taquine avec ce chariot d’idées contradictoires, endossé de positions diverses : morales, philosophiques et politiques. L’ensemble de ses pensées phares illumine notre conscience d’hommes sur des problématiques comme la nudité ; la sexualité et le corps de la femme de manière générale tout en dénonçant des mauvaises conditions de vies des peuples opprimés y compris les haïtiens (2006).

Dans la nouvelle génération actuelle, le poète Douglas Zamor, avec ce titre surprenant, Poèmes à l’ombre de la mondialisation, chante la beauté de la vie, le bonheur des hommes et dénonce entre autres les exploitations à outrance et la maltraitance du vieux continent africain par les ingérences directes des occidentaux. En un mot, ce poème est un recueil phare qui occupe une place spéciale dans la vulgarisation des grandes valeurs humaines aux cœurs des rencontres internationales les plus dignes des peuples à l’échelle mondiales (2020).

Déjà, c’est ce qu’on montre, bien évidemment, avec Haïti en 1804, en réalisant la plus grande révolution dans l’histoire de l’humanité. Luttant pour la liberté et l’autodétermination des hommes de façon générale, le peuple haïtien arrive à contester farouchement la grammaire occidentale en combattant le vieux système colonialiste, esclavagiste et ségrégationniste maintenu par les colons européens, à travers les siècles.

Tout comme les autres peuples qui souffrent de mauvaises gouvernances politiques et qui sont jadis assujettis par les injections forcées sous ordres des oppresseurs, Haïti mérite en quelque sorte une réciprocité internationale agissante par la poésie. De fait, au-delà de toutes les frontières et de toutes les indifférences, le droit à la vie et à la liberté constitue le vrai trait-d »union

Dès lors, contre toutes formes de domination étrangère et de violences systémiques à l’encontre de sa souveraineté nationale, le peuple haïtien mérite une réciprocité internationale agissante, par la poésie, au regard de la mondialisation. Mais, cette réciprocité doit être manifestée surtout avec éthique en tenant compte de la dimension d’histoire de ce peuple sur l’échiquier mondial dans la lutte pour l’émancipation de la liberté des hommes. À celui, qui ignore le geste de solidarité entre les peuples opprimés, et veut rester à tout prix prisonnier de l’impérialisme du connu / capitalistes ultra-libéralisme, que sera votre destinée sur cette planète?

Frantzley VALBRUN
Poète, écrivain et journaliste
Étudiant en anthropologie et sociologie, à la faculté d’Ethnologie (FE) de l’UEH
[email protected]

Popular articles

Interrogations sur les motifs de refoulement des Haïtiens munis de visa américain, canadien ou Schengen

Le refoulement des Haïtiens, munis de visa américain, canadien ou Schengen, débarquant dans les...

Conférence de commémoration du 199ème anniversaire de la dette de l’indépendance d’Haïti:

" Impact de la dette de l'indépendance dans le sous-développement d'Haïti"Le Mouvement Point Final...

Mythe ou vérité ? Le peuple haïtien, pour son propre malheur, choisirait-il des bandits comme leaders?

 Les analystes politiques prennent le vilain plaisir de culpabiliser les victimes en guise de...

Un Conseil Présidentiel de 7 membres, à la tête du pays, est-ce pour bientôt?

C’est une démarche boiteuse au mieux, bizarre certainement, mais il fallait bien entreprendre quelque...

Latest News

Newsreel

As the presidential transitional council, Conseil présidentiel de transition (CPT) struggles to see if...

Haïti Conseil Présidentiel : le CP Athlétique Club

Le mois d’avril, disent certains, est cruel.  Quand le pain quotidien n’est pas certain,...

221ième de notre Bicolore : et si les ancêtres revenaient parmi nous !

18 novembre 1803 - 18 novembre 2023, 221 années contemplent tristement la création de...