HomeDroitAriel Henry lance le processus de révision de la Constitution

Ariel Henry lance le processus de révision de la Constitution

Published on

Archives

Alors que la misère, le chômage et l’insécurité bat son plein en Haïti, que les gangs terroristes
continuent de tuer et de faire des massacres dans divers quartiers de la capitale, Port-au-Prince, et
dans certaines villes de provinces, notamment à Petite-Rivière de l’Artibonite, Ariel Henry, le
Premier Ministre de facto, lance son processus de révision de la Constitution, de concert avec le
Haut Conseil de la Transition (HCT). «Je m’engage à lancer, avec le HCT, le processus de
révision de la Constitution, à constituer un gouvernement d’unité nationale et à travailler avec les
partenaires du Consensus du 21 décembre 2022, en vue d’élargir la composition du HCT, afin
d’y inclure d’autres compatriotes», a fait savoir le chef du gouvernement. Et il poursuit ainsi :
«Je tiens à réitérer ma volonté inébranlable de tout mettre en œuvre pour rétablir un
environnement sécuritaire, de chercher les moyens pour renforcer nos forces de sécurité, de
mettre en place un CEP qui inspire confiance, afin de redonner la parole au peuple haïtien pour
élire librement ses dirigeants».
Il faut rappeler que, lors des dernières consultations sur Haïti qui se sont tenues à la
Jamaïque, les acteurs du Groupe Montana et d’autres parties prenantes n’étaient pas d’accord
avec Ariel Henry sur ces points.
Par ailleurs, de son coté, Antony Blinken encourage Ariel Henry, le HCT et les acteurs à
lancer un processus de «dialogue sérieux». Le chef de la diplomatie américaine, dans un long
message publié sur Twitter, est revenu sur la crise haïtienne et les récentes discussions qui ont eu
lieu entre les acteurs à Kingston en Jamaïque. Face aux maigres avancées, avec l’opposition qui
est ressortie bredouille avec les critiques acerbes des proches du pouvoir, et le gouvernement qui
reste sur sa position consistant à offrir des postes, M. Blinken leur a demandé de lancer un
processus de «dialogue sérieux». «Nous nous joignons à nos partenaires pour encourager le
Premier ministre Henry, le Haut Conseil de la Transition et d’autres représentants politiques,
économiques, religieux et de la société civile, à lancer un processus sérieux», a-t-il dit. Pour le
secrétaire d’État américain, une force multinationale n’est pas et ne doit pas être un substitut au
dialogue politique. «Nous continuons à croire qu’un processus politique, mené par Haïti et
appartenant à Haïti est le meilleur moyen de forger une résolution qui soit acceptée par le peuple
haïtien et qui puisse durer», a ajouté M. Blinken. Revenant sur le sommet de Kingston, il précise
que la dynamique, créée lors des discussions entre les parties prenantes, doit être maintenue.
Antony Blinken a cité le Premier Ministre Davis des Bahamas qui disait que: «l’échec est
synonyme de plus de souffrance et de mort. L’échec ne peut être une option».
De plus, lors d’une réunion ministérielle convoquée par la Ministre canadienne des
Affaires Étrangères sur la crise sécuritaire en Haïti à laquelle Antony Blinken, le Secrétaire
d’État américain, participait, il a reconnu les difficultés rencontrées par la Police Nationale
d’Haïti (PNH), malgré l’aide des pays amis d’Haïti, et a affirmé que les États-Unis soutenaient
les appels des autorités haïtiennes en faveur du déploiement d’une force multinationale dans le
pays.
Le Canada, également, n’exclut pas une intervention policière en Haïti. Selon le député
fédéral de la circonscription de Bourassa, au Québec, Emmanuel Dubourg, d’origine haïtienne,
Ottawa «n’écarte pas la possibilité d’une intervention, pas militaire, mais policière, en Haïti»,
afin d’aider la police haïtienne à rétablir la sécurité, «le plus vite possible». Il a précisé que des
policiers de la GRC se prépareraient à de telles éventualités.
Emmanuel Saintus

Popular articles

Le déploiement de la force Kenyane en discussion 

La ministre de la justice et de la sécurité publique, Emmelie Prophète, a représenté...

Tout cela n’est que pour un temps…

Il arrivera un moment où tout ceci sera derrière nous.  Quand exactement, je ne...

Le juge de paix de Carrefour, Jean Frantz Ducasse : kidnappé

Les cas de kidnapping se multiplient dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, ces derniers...

Comme quoi, Guy Philippe est aussi menteur que ses patrons…

« 90 jours seulement pour mettre fin au problème des gangs dans le pays », a...

Latest News

Les gangs armés, des monstres créés par l’échec de la transition démocratique en Haïti après 1986

La transition démocratique, après la dictature des Duvalier, est un échec à tous les...

Les mensonges s’effondrent comme un château de cartes

Il faut comprendre qu’ils n’ont pas d’autre alternative.  Ils achètent des armes pour pulvériser...

Que dit la Loi ?

Peut-on poursuivre un fonctionnaire pour mauvais usage des biens de l’État ? Tout fonctionnaire, dépendamment...