HomeInsécurité & BanditismeLa Commune de Carrefour sous l’emprise des gangs armés

La Commune de Carrefour sous l’emprise des gangs armés

Published on

Archives

Je pense que cela n’a que trop duré. À force de voir les civils se faire tuer gratuitement par ces
bandes de crevures, cela risque de dégénérer en guerre civile. Il y a un moment où il faut frapper
très très fort. La vermine ne s’élimine pas en taillant dedans, mais en l’exterminant. Je trouve que
la population haïtienne, à travers son mouvement BK (Bwa Kale) est beaucoup trop diplomate,
quand certains de ses concitoyens se font descendre bêtement par ces bandes de terroristes…
En effet, un vent de panique souffle actuellement sur la commune de Carrefour. Lors des
affrontements entre des hommes de Krisla et ceux du «Karavàn», au moins trois personnes ont
été tuées et plusieurs autres blessées, le mardi 30 mai. La situation reste encore tendue, à ce jour,
au niveau de Carrefour.
Des hommes armés, proches de Krisla, ont attaqué la commune de Carrefour où un
groupe de policiers et de civils, réunis sous la dénomination de «Karavàn» ont riposté face aux
assauts des hommes venant de Ti Bwa. Des morts et des blessés dans les deux camps. Frantz
Occil, alias «Ti Bim» est le nom d’un policier tué, lors de cette attaque. Gazman, ainsi connu,
homme de main de Krisla, a été tué, lui aussi.
De plus, Port-de-Paix, un autre soldat, proche de Grégory, ainsi connu, a été tué à Thor,
selon les premiers éléments d’information. Lors de cette attaque meurtrière, plusieurs personnes,
dont les identités sont jusque-là inconnues, sont sorties blessées.
Entre temps, Jude Edouard Pierre, Maire de Carrefour, informe le public en général, les
carrefourrois en particulier, qu’une importante rencontre s’est tenue autour de l’escalade de
violence inédite, survenue dans la commune, avec: l’ex-ministre de l’Intérieur Raynaldo Brunet,
les anciens députés Élie Blaise et Jacques Bovil, l’ancien maire Yvon Jérôme, le chef de cabinet
du Maire, Emmanuel Hyppolite Jean, le directeur général de la mairie de Carrefour, Ykervens
Fils-Aimé, des entrepreneurs, des notables, des pasteurs, des prêtres catholiques et vaudous de la
commune. Tous les participants ont exprimé leurs vives préoccupations face à l’escalade de
violence inédite, survenue dans la commune, depuis le 30 mai dernier où des affrontements ont
eu lieu entre des membres du gang de «Ti Bwa» et des agents de la Police Nationale d’Haïti
(PNH), faisant 3 morts dont un policier. Cette situation a paralysé le transport public et le
fonctionnement des entreprises, des écoles et des institutions publiques. Tout en déplorant les
pertes en vies humaines enregistrées, l’administration communale et la société civile se sont
mobilisées de manière à permettre un retour à l’ordre public. La mairie apporte son plein soutien
à la police de Carrefour et demande aux civils armés de déposer leurs armes et de se retirer des
quartiers paisibles de Bizoton, Diquini et Thor pour que la vie puisse reprendre normalement
dans la commune.
Le Conseil municipal associe sa voix à celles de la population et des responsables de la
Police de Carrefour, pour demander au Haut commandement de la PNH de renforcer le
commissariat de la commune, en vue de permettre aux policiers de bien remplir leur mission. Le
Conseil municipal est consterné par cette escalade de violence et lance un appel au calme, tout en
saluant le courage des policiers qui ne ménagent pas leurs efforts pour défendre la commune.
De plus, le mardi 30 mai 2023, le policier Frandy Occil, alors qu’il se rendait au centre-
ville de la capitale, a été tué à Bizoton, par des membres du gang dirigé par «Chrisla» qui ont
emporté son cadavre. Lionel Lazarre, coordonnateur du Syndicat National des Policiers Haïtiens
(SYNAPOHA) a dénoncé une attaque ciblée, déplorant que des policiers continuent d’être
assassinés de cette façon.

À noter que le jeudi 1 er juin 2023 a marqué exactement deux (2) ans, depuis que des
individus armés contrôlent l’entrée Sud de Port-au-Prince.
Par ailleurs, à Croix-des-Bouquets, le mardi 30 mai 2023, Charles Dieupifort et Jean-
Marc Jean Evens, deux (2) membres actifs du gang «400 Mawozo», spécialisés dans le
détournement de camions et camionnettes de marchandises dans la zone de Despinos et de
Savanne Blonde, ont été mortellement blessés, lors d’échanges de tirs avec la Police.
En outre, la Police a démantelé un réseau de kidnappeurs dans la zone de Dufort
(arrondissement de Léogâne, département de l’Ouest). Un kidnappeur a été mortellement blessé,
deux de ses complices ont été arrêtés et des otages libérés.
Entre temps, l’Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti (OCNH), dans son
rapport du 1 er juin 2023, révèle que 179 personnes ont été tuées au mois de mai (5,7 personnes
chaque jour). 133 dans le département de l’Ouest dont 66 dans la commune de Croix-des-
Bouquets et 34 à Pétion-Ville.
Emmanuel Saintus

Popular articles

Instabilite

De l'instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple...

Mythe ou vérité ? Le peuple haïtien, pour son propre malheur, choisirait-il des bandits comme leaders?

 Les analystes politiques prennent le vilain plaisir de culpabiliser les victimes en guise de...

Un Conseil Présidentiel de 7 membres, à la tête du pays, est-ce pour bientôt?

C’est une démarche boiteuse au mieux, bizarre certainement, mais il fallait bien entreprendre quelque...

La CARICOM recrute 7 nouveaux acteurs haïtiens pour pour une  débauche présidentielle  inédite

Cette organisation qui n’a jamais supporté Haïti dans sa lutte contre ses ennemis internes...

Latest News

Newsreel

News coming from the nations leaders last week offered some hope that things will...

Frankétienne : Un nom qui sonne comme une insolence

Né le 12 Avril 1936 à Ravine Sèche dans le département de l’Artibonite, Jean-Pierre...

La reddition de compte, ultimement, est personnelle : avis en est donné aux concernés

Je sais que la politique est une lutte idéologique qui s’exprime de toute sorte...