HomeHealthLe lien entre le stress et l'alcool

Le lien entre le stress et l'alcool

Published on

Archives

La vie peut être pleine de stress. Des situations surviennent dans la vie quotidienne qui provoquent de
la tristesse, de la colère, de la peur, de l’anxiété et de l’excitation. De nombreuses personnes qui vivent
des situations stressantes se tournent vers l’alcool pour faire face à ce stress. Le problème avec cela est
que l’alcool, lui-même, peut causer un stress sur l’équilibre physiologique du corps. Les chercheurs ont
découvert que l’alcool a des effets psychologiques et physiologiques sur le corps et peut, en fait,
aggraver les effets du stress. La consommation d’alcool peut sembler apporter un certain soulagement à
court terme, mais, comme les événements stressants se poursuivent, à long terme, une forte
consommation d’alcool peut entraîner des problèmes médicaux et psychologiques et augmenter le
risque de développer des troubles liés à la consommation d’alcool.
Qu’est-ce que le stress ?
Physiologiquement, le stress est défini comme tout ce qui met le corps au défi de fonctionner de
manière habituelle. Les blessures, les maladies ou l’exposition à des températures extrêmes peuvent
provoquer un stress pour le corps. Le deuil, la dépression, la peur et même l’activité sexuelle peuvent
causer un stress psychologique. Le corps humain a développé un processus complexe et étendu
d’adaptation aux situations nocives ou dangereuses, créées par le stress, pour maintenir un équilibre
physiologique, un état connu sous le nom d’homéostasie. Lorsque le corps subit un stress, ou même un
stress perçu, il mobilise une variété de changements physiologiques et comportementaux, via les
systèmes nerveux et endocrinien, pour atteindre un objectif de maintien de l’homéostasie et de gestion
du stress.
Les effets de l’alcool sur le stress
Le système d’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HPA) du corps travaille dur pour maintenir un
équilibre physiologique délicat, mais, lorsque de l’alcool est ajouté au mélange, cela expose le corps à
un risque encore plus grand de dommages. L’alcool provoque la libération de plus grandes quantités de
cortisol, altérant la chimie du cerveau et réinitialisant ce que le corps considère comme « normal ».
L’alcool modifie l’équilibre hormonal, modifie la façon dont le corps perçoit le stress et modifie la
façon dont il réagit au stress. Des études ont montré que le cortisol interagit avec les systèmes de
récompense ou de plaisir du cerveau, ce qui peut contribuer aux effets de renforcement de l’alcool,
forçant les gens à consommer de plus grandes quantités, pour obtenir le même effet, au fil du temps. Le
cortisol peut également favoriser l’apprentissage basé sur l’habitude, augmentant le risque de devenir un
buveur habituel et augmentant le risque de rechute. De plus, les chercheurs ont lié le cortisol au
développement de troubles métaboliques et au développement de troubles psychiatriques tels que la
dépression. L’alcool empêche le corps de revenir à son point d’équilibre hormonal initial, l’obligeant à
fixer un nouveau point de fonctionnement physiologique. C’est ce qu’on appelle l’allostasie.
L’établissement d’un nouveau point d’équilibre exerce une usure sur le corps et augmente le risque de
maladies graves, y compris l’alcoolisme. Des études ont trouvé ces facteurs de la façon dont le stress est
lié à la consommation d’alcool:

  • les hommes et les femmes qui signalent des niveaux élevés de stress boivent plus;
  • les hommes stressés sont 1,5 fois plus susceptibles de se gaver d’alcool que les femmes;
  • les hommes sont 2,5 fois plus susceptibles d’avoir des troubles liés à la consommation
    d’alcool.
    Causes du stress
    Les chercheurs ont identifié quatre grandes catégories de causes de stress:
  • stress général de la vie;
  • événements catastrophiques;
  • stress de l’enfance;
  • stress des minorités ethniques.
    Facteurs de stress généraux de la vie
    Certains exemples de facteurs de stress généraux de la vie incluent des changements majeurs comme
    déménager, commencer un nouvel emploi, se marier ou divorcer. La maladie, un décès dans la famille
    ou des problèmes à la maison ou au travail peuvent également être des causes importantes de stress.
    Boire trop d’alcool peut causer un certain stress général dans la vie, comme la perte d’un emploi, des
    problèmes relationnels ou des problèmes juridiques.
    Événements catastrophiques
    Des études ont montré que la consommation d’alcool augmente dans les 12 mois à la suite d’une
    catastrophe majeure, d’origine humaine ou naturelle. Certaines études ont montré que les troubles liés à
    la consommation d’alcool avaient augmenté après des événements catastrophiques comme le 11
    septembre, l’ouragan Katrina ou l’attentat à la bombe d’Oklahoma City. Cependant, d’autres études ont
    montré que les augmentations de la consommation d’alcool, induites par les catastrophes, ont tendance
    à diminuer après un an, et d’autres études n’ont trouvé aucune augmentation de l’alcoolisme à la suite de
    catastrophes majeures.
    Stress de l’enfance
    La maltraitance pendant l’enfance – violence ou négligence émotionnelle, sexuelle ou physique – peut
    avoir des effets durables, entraînant un pourcentage important de toutes les psychopathologies chez
    l’adulte. L’abus pendant l’enfance augmente le risque de troubles liés à la consommation d’alcool, à la
    fois à l’adolescence et à l’âge adulte. Cela est particulièrement vrai pour les enfants qui grandissent dans
    des foyers alcooliques, rapportent les chercheurs.
    Stress des minorités ethniques
    Le stress résultant du statut minoritaire d’une personne peut varier de léger à grave et peut être
    émotionnel ou physique. Les facteurs de stress peuvent aller du fait d’être négligé pour une promotion
    au travail, à l’expérience d’un crime haineux violent, par exemple. Il a été difficile pour les chercheurs
    de déterminer dans quelle mesure le stress lié à la minorité est lié à une consommation accrue d’alcool,
    en raison d’autres facteurs de risque parmi les groupes minoritaires, tels que les habitudes de
    consommation d’alcool et les différences dans le métabolisme de l’alcool.
    Faire face
    Lorsque le corps subit un stress, il passe rapidement ses processus métaboliques normaux à la vitesse
    supérieure, en s’appuyant sur le système complexe de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HPA)
    pour modifier les niveaux de messagers hormonaux dans tout le corps. Le système d’axe HPA cible des
    organes spécifiques pour préparer le corps à combattre le facteur de stress ou à le fuir – la réponse de
    combat ou de fuite du corps. L’hormone cortisol joue un rôle important dans la réponse de l’organisme
    au stress, en augmentant l’énergie, grâce à l’augmentation des niveaux de glucose, et en augmentant
    l’apport de nutriments, grâce à la mobilisation du métabolisme des graisses et des protéines. La réponse
    d’un corps sain au stress comprend un pic rapide des niveaux de cortisol, suivi d’une diminution rapide
    de ces niveaux, lorsque la menace ou le stress est passé.
    Résilience
    La résilience est la capacité à faire face au stress. Une personne résiliente est capable de s’adapter aux
    facteurs psychologiques et physiologiques, impliqués dans la réponse du corps au stress. Des
    recherches ont montré que les personnes qui ont une vision positive et optimiste et qui ont de bonnes
    capacités de résolution de problèmes et d’adaptation ont tendance à gérer efficacement le stress. Les
    personnes qui manifestent de l’impulsivité, de la recherche de nouveauté, des émotions négatives et de
    l’anxiété – des traits également liés à un risque accru de troubles liés à l’utilisation de substances – ont de

la difficulté à gérer le stress. Les personnes qui ne gèrent pas bien le stress, et sont donc à risque de
développer des troubles liés à la consommation d’alcool, incluent:
 celles qui ont des antécédents d’alcoolisme familial;
 les enfants dont la mère a bu pendant la grossesse;
 les personnes qui ont été maltraitées ou négligées pendant leur enfance;
 celles qui ont d’autres problèmes de santé mentale.
Récupération du stress et de l’alcoolisme
Le stress peut continuer à avoir un effet, même après que quelqu’un ait arrêté de boire. L’axe HPA, le
système qui traite de la réponse au stress, a été attribué aux symptômes du sevrage alcoolique. De
nombreuses personnes, nouvellement abstinentes, recommencent à boire pour soulager les symptômes
de sevrage. Par conséquent, les chercheurs essaient de développer des médicaments qui rétabliront
l’équilibre du système de réponse au stress du corps, pour atténuer les symptômes de sevrage alcoolique
et aider à prévenir les rechutes chez les alcooliques en rétablissement. La recherche sur la relation entre
le stress et l’alcool peut aider les prestataires de soins de santé, en identifiant les patients les plus à
risque de rechute d’alcool, au début de la récupération, et aider les patients à comprendre comment le
stress peut les motiver à boire.
Docteur Isoux Junior Jérôme
Psychologue et neuropsychologue

Popular articles

Instabilite

De l'instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple...

Mythe ou vérité ? Le peuple haïtien, pour son propre malheur, choisirait-il des bandits comme leaders?

 Les analystes politiques prennent le vilain plaisir de culpabiliser les victimes en guise de...

Un Conseil Présidentiel de 7 membres, à la tête du pays, est-ce pour bientôt?

C’est une démarche boiteuse au mieux, bizarre certainement, mais il fallait bien entreprendre quelque...

La CARICOM recrute 7 nouveaux acteurs haïtiens pour pour une  débauche présidentielle  inédite

Cette organisation qui n’a jamais supporté Haïti dans sa lutte contre ses ennemis internes...

Latest News

Newsreel

News coming from the nations leaders last week offered some hope that things will...

Frankétienne : Un nom qui sonne comme une insolence

Né le 12 Avril 1936 à Ravine Sèche dans le département de l’Artibonite, Jean-Pierre...

La reddition de compte, ultimement, est personnelle : avis en est donné aux concernés

Je sais que la politique est une lutte idéologique qui s’exprime de toute sorte...