Economy

Published on

Archives

«Le pays est en dépression économique», a dit Jean Baden Dubois
Pour la septième fois consécutive, le gouverneur de la banque centrale, Jean Baden Dubois , a
répondu, en ce début d’année, aux questions de l’économiste Kesner Pharel, à l’émission spéciale
intitulée «Interview Leslie Delatour», le Grand rendez-vous économique. À brule-pourpoint, il a
mis l’accent sur l’activité des gangs criminels qui entrave la circulation des biens et des personnes
dans certaines zones et exposé la croissance négative et le taux d’inflation élevé que connait le pays.
En octobre 2022, selon l’IHSI, l’inflation a atteint 47,2% et depuis 2019 le taux de
croissance est toujours négatif : -1,7%; -3,3%; -1,8%, pour le dernier exercice 2021-2022, la
croissance économique a été encore négative avec -1,7%, a indiqué M. Dubois avant d’affirmer que
«il est clair que nous sommes en dépression économique, ce n’est même pas la récession.» Il a
également évoqué des déséquilibres internes et externes qui agissent sur l’inflation et entravent
l’économie nationale.
Jean Baden Dubois a indiqué que les déséquilibres, sur le plan interne, renvoient
principalement au financement monétaire, ajouté à d’autres chocs que nous avons créés. «La
création monétaire à partir du financement monétaire est certainement très nocive pour l’économie.
Au cours des trois dernières années, les financements monétaires arrivent à 42,9 milliards de
gourdes, 49,5 milliards de gourdes et 49,2 milliards de gourdes», a-t-il dit, soulignant qu’il en a
parlé avec le ministre de l’Economie et des Finances, Michel Patrick Boisvert.
Toujours selon lui, «le financement monétaire induit l’inflation et la dépréciation de
change.» Il a pris pour exemple l’augmentation de plus de 30% de la masse monétaire lors de
l’exercice fiscal écoulé. «Du 1er octobre 2021 au 30 septembre 2022, nous sommes passés de 98
milliards de gourdes de monnaie en circulation, une composante importante de la masse monétaire,
à 128 milliards de gourdes de monnaie en circulation. En décembre 2022, la quantité de monnaie en
circulation a déjà atteint 132 milliards de gourdes», a-t-il informé.
Le gouverneur de la Banque de la République d’Haïti a évoqué, sur le plan externe, les
déséquilibres liés à la balance des paiements. Selon lui, de nos jours, les importations de biens et
services en Haïti se chiffrent à 5,4 milliards de dollars contre 1,35 milliards de dollars US
d’exportation. Notre balance commerciale est à quatre milliards de dollar US ce qui a un sérieux
impact sur le taux de change. Aussi, les transferts sans contrepartie provenant de la diaspora, notre
principale source de devises, sont passés de 3,9 à 3,7 milliards de dollars US sur l’année 2022.
Parallèlement, explique M. Dubois, les transferts expédiés à l’étranger ont augmenté en
passant de 606 millions de dollars à 755 millions de dollars. Environ 40% des transferts expédiés
d’Haïti vers l’étranger vont en République Dominicaine qui se place devant les Etats-Unis pour ces
transferts. Ceci s’explique en partie parce que les jeunes laissent davantage le pays pour aller
étudier en République Dominicaine, notamment. Les universités privées du pays sont impactées par
cette situation.
Le gouverneur de la banque centrale affirme que les investissements directs étrangers
avaient atteint la barre de 50 millions de dollars américains en 2021 après la Covid-19, pour baisser
drastiquement autour de 39,4 millions de dollars pour l’année 2021-2022. Il ne s’agit pas vraiment
de nouveaux investissements mais des réinvestissements qui viennent notamment des deux grandes
compagnies de téléphonie mobile, dans la technologie.
Par ailleurs, l’Administration Générale des Douanes (AGD) a enregistré, pour le mois de
décembre 2022, près de 10 milliards de gourdes de recettes pour le mois de décembre 2022. 90% de
ces recettes proviennent des douanes du port de Port-au-Prince, le reste est imputable aux douanes
du Cap-Haïtien, de l’aéroport de Port-au-Prince, de Belladère et de Ouanaminthe. Soulignons qu’il
s’agit d’un record historique de recettes dans un mois pour l’AGD.
Emmanuel Saintus

Popular articles

Le déploiement de la force Kenyane en discussion 

La ministre de la justice et de la sécurité publique, Emmelie Prophète, a représenté...

Tout cela n’est que pour un temps…

Il arrivera un moment où tout ceci sera derrière nous.  Quand exactement, je ne...

Le juge de paix de Carrefour, Jean Frantz Ducasse : kidnappé

Les cas de kidnapping se multiplient dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, ces derniers...

Comme quoi, Guy Philippe est aussi menteur que ses patrons…

« 90 jours seulement pour mettre fin au problème des gangs dans le pays », a...

Latest News

Martine…

Casterman est un éditeur que les grands enfants adorent.  C’est grâce à lui que...

Une ordonnance historique

Une ordonnance historique mais une saga judiciaire qui ne fait qu’à peine commencer Cela a...