HomeJusticeAssassinat de Jovenel Moïse: la justice veut auditionner Ariel Henry

Assassinat de Jovenel Moïse: la justice veut auditionner Ariel Henry

Published on

Archives

En charge de l’enquête sur l’assassinat de l’ancien président Jovenel Moïse, le juge
d’instruction, Walter Wesser Voltaire, a exprimé son souhait d’interroger certains
responsables du gouvernement de facto d’Ariel Henry, dans le cadre de son enquête. Cette
décision marque un nouveau rebondissement dans cette affaire qui secoue le pays et soulève
de sérieuses inquiétudes, quant à la stabilité politique d’Haïti.
Dans une ordonnance adressée au commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, le
juge Voltaire a invoqué l’article 398 du Code d’Instruction Criminelle (CIC), pour justifier sa
demande d’interroger les personnes citées, à savoir: Ricard Pierre, Michel Patrick Boisvert,
Guyto Edouard, Amos Zéphirin et Jeantel Joseph. Ces personnalités ont occupé des postes de
responsabilité dans le gouvernement d’Ariel Henry et étaient également des proches du défunt
président Moïse.
L’enquête sur l’assassinat de Jovenel Moïse s’est heurtée, dès le départ, à de
nombreuses difficultés. Des retards dans la collecte des preuves, des témoignages
contradictoires et des problèmes logistiques ont entravé sa progression. Néanmoins, le juge
d’instruction, déterminé à faire toute la lumière sur cette affaire, persévère dans sa quête de la
vérité.
Le juge d’instruction avait déjà demandé la comparution, comme témoins, de plusieurs
ministres et directeurs généraux, dans le cadre de ce dossier. L’ex-premier ministre de facto,
Joseph Jouthe (en fonction, du 4 mars 2020 au 14 avril 2021), a été auditionné pendant plus
d’une heure, le lundi 26 juin 2023, par Voltaire, dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de
Jovenel Moïse. Après son audition, Jouthe avait déclaré dans la presse que, s’il était à la place
de l’actuel premier ministre de facto, Ariel Henry, il viendrait donner des explications, au
parquet près le tribunal civil de Port-au-Prince, sur le meurtre de l’ancien président de facto,
Jovenel Moïse, le 7 juillet 2021. «La famille Moïse et le peuple haïtien, moi y compris, ont
besoin de connaître la vérité sur l’assassinat du président, pour enfin faire leur deuil. Que ceux
qui ont concocté ce plan macabre, ceux qui en ont donné les moyens et qui l’ont exécuté,
payent», avait écrit Joseph Jouthe sur son compte twitter, après son audition.
L’ex-commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince, M e Bed-
Ford Claude, avait révélé avoir fait l’objet de pressions de la part d’Ariel Henry, à la suite des
mandats décernés contre de présumés assassins, dans le cadre du meurtre, le 7 juillet 2021, de
l’ancien président de facto, Jovenel Moïse, avait-il dévoilé, le 11 février 2022, sur son compte
Twitter. Bed-ford Claude avait aussi déclaré avoir invité Ariel Henry à se présenter au parquet
près le tribunal civil de Port-au-Prince, dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Jovenel
Moïse. Il s’était basé sur des révélations faites par le Réseau National de Défense des Droits
Humains (RNDDH), au sujet de contacts téléphoniques entre Ariel Henry et Joseph Félix
Badio, un des principaux suspects. M e Bed-Ford Claude, révoqué, le 13 septembre 2021, pour
faute administrative grave, avait indiqué avoir émis une interdiction de départ à l’encontre du
chef du gouvernement de facto, Ariel Henry, pour des « présomptions graves d’assassinat »
sur l’ancien président de facto, Jovenel Moïse, quoique le dossier d’enquête ait été transféré
devant le cabinet d’instruction, depuis plusieurs semaines.
Dans le cadre de ce dossier d’assassinat, la Police nationale d’Haïti (PNH) a procédé à
l’arrestation d’une quarantaine de suspects, parmi eux une vingtaine d’anciens militaires
colombiens qui auraient été recrutés par la CTU, une société de sécurité établie en Floride
(États-Unis).
À rappeler que le Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince, Jean Edler
Guillaume, s’est adressé, le vendredi 4 août 2023, à la ministre de la Justice, Mme Emmelie
Prophète Milcé, pour lui faire part de l’intérêt du Juge instructeur Walter W. Voltaire, pour

interroger, comme témoin, le Premier Ministre Ariel Henry et d’autres membres de son
gouvernement, dans le cadre du dossier relatif à l’assassinat de Jovenel Moïse.
Emmanuel Saintus

Popular articles

Interrogations sur les motifs de refoulement des Haïtiens munis de visa américain, canadien ou Schengen

Le refoulement des Haïtiens, munis de visa américain, canadien ou Schengen, débarquant dans les...

Conférence de commémoration du 199ème anniversaire de la dette de l’indépendance d’Haïti:

" Impact de la dette de l'indépendance dans le sous-développement d'Haïti"Le Mouvement Point Final...

Instabilite

De l'instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple...

Mythe ou vérité ? Le peuple haïtien, pour son propre malheur, choisirait-il des bandits comme leaders?

 Les analystes politiques prennent le vilain plaisir de culpabiliser les victimes en guise de...

Latest News

La marche sera très haute pour le CPT, et les attentes de la population tout aussi élevées …

Jusqu’à la semaine dernière, je n’étais pas encore certain qu’il verrait le jour.  Les...

Les prix des produits alimentaires augmentent considérablement

« C’est difficile de trouver des marchandises à cause du blocage des axes routiers par...

Des résolutions à n’en plus finir…

Le mercredi 3 avril 2024, le Conseil permanent de l’Organisation des États Américains (OEA)...