HomeJusticeL’ONU joue au maquignon avec Haïti

L’ONU joue au maquignon avec Haïti

Published on

Archives

Rien, hormis le coma ou la mort, ne pourra désormais plus arrêter les dirigeants haïtiens dont
le cerveau est complètement vitrifié par la propagande et l’abus de produits sidérants. Le
camp du bien qui ne doit pas perdre, croit au Père Noël, croit visiblement ce qu’il raconte, et
s’est enfermé dans un discours sans issue, sans plan B, où seule l’intervention militaire de
l’Organisation des Nations Unies en Haïti est concevable pour résoudre la crise …
Il va falloir qu’ils se dépêchent, car tout cela semble bien mal barré. Les rats les plus
prévoyants commencent à quitter le navire … Lors de la dernière session du Conseil de
sécurité de l’ONU, Jean Victor Généus, le ministre haïtien des Affaires étrangères, a
renouvelé la demande d’intervention d’une «force internationale robuste» qui a été soutenue
par presque tous les membres du Conseil et par des invités des pays des Caraïbes, lors de la
session.
La réunion, tenue le jeudi 6 juillet 2023 par le Conseil de sécurité de l’ONU, n’a pas
permis l’adoption d’une résolution pour l’envoi de troupes en Haïti. En marge de cette
rencontre, le ministre des Affaires Étrangères d’Haïti a réitéré son appel en faveur du
déploiement de toute urgence d’une force internationale d’appui à la Police Nationale d’Haïti
(PNH). La demande a été reprise par la Représentante spéciale du Secrétaire général qui a
réaffirmé son soutien à l’envoi d’une force «robuste». La Russie et la Chine se sont montrées
sceptiques, quant à l’envoi d’une force militaire multinationale en Haïti. La Russie et la Chine
disposant de droit de veto, n’étaient pas favorables au déploiement de militaires sur le
territoire haïtien. Le représentant de la Russie a exhorté l’ONU et les États membres à, de
préférence empêcher l’approvisionnement des gangs en armes et en munitions. Pour cela, il
appelle à un vrai embargo sur les armes.
Prenant la parole, l’Ambassadeur russe, Dmitri Polianski, a souligné que, «bien que
certains considèrent une force multinationale comme une panacée, l’histoire montre que ces
interventions étrangères ont fait plus de mal que de bien en Haïti.» Il a également demandé
que les membres du Conseil écoutent d’autres voix haïtiennes qui sont complètement contre
une intervention étrangère en Haïti. Compte tenu du droit de veto dont dispose la Russie, il est
peu probable que le Conseil puisse approuver l’envoi d’une force militaire en Haïti…
L’Ambassadeur chinois Zhang Jun était également très sceptique quant à l’opportunité
d’envoyer une force militaire en Haïti. «Nous avons entendu de nombreux discours en faveur
de cette force, mais aucun pays n’annonce des actions concrètes. Pour cette raison, il semble
que des études plus approfondies vont être nécessaires avant d’arriver à une proposition
viable», a-t-il dit, soulignant que les Haïtiens doivent décider de leur propre destin.
Rappelons qu’après son retour d’un court voyage en Haïti, Antonio Guterres, le
Secrétaire Général des Nations Unies, avait été choqué par le niveau d’insécurité en Haïti et
avait demandé à la Communauté Internationale d’agir «immédiatement» pour former une
force multinationale. Il précisait que cette force n’aurait pas une mission politique ou militaire
comme les Casques bleus, mais serait au service de la Police Nationale d’Haïti (PNH), afin de
rétablir l’ordre.
Des états caribéens et africains ont insisté sur la nécessité de porter secours au peuple
haïtien, soumis à la violence des gangs. Depuis trois ans, les gangs ont ceinturé la capitale,
provoquant une hausse vertigineuse des prix des produits alimentaires.
Dans son intervention, Mme María Isabel Salvador, Cheffe du Bureau intégré des
Nations Unies en Haïti (BINUH), a attiré l’attention sur l’apparition de groupes d’autodéfense
qui ajoute «une nouvelle couche de complexité» à la situation, alors que, depuis avril, les
meurtres d’au moins 264 membres de gangs présumés ont été commis par de tels groupes.
Par ailleurs, le secrétaire d’État des États-Unis d’Amérique, Antony Blinken, avait
soutenu l’appel du gouvernement de facto en Haïti «à une force multinationale pour aider la

police à rétablir la sécurité», à l’occasion de la 45 e réunion des chefs d’État et de
gouvernement de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), le mercredi 5 juillet 2023, à
Trinidad et Tobago. Antony Blinken avait dit partager «l’engagement ressenti dans toute la
région pour aider le peuple haïtien à façonner son avenir, à restaurer l’ordre démocratique du
pays, grâce à des élections libres et équitables». «Les Haïtiennes et Haïtiens ne peuvent pas
atteindre ces objectifs critiques sans sécurité. C’est pourquoi nous avons été et restons le plus
grand donateur de la Police Nationale d’Haïti (PNH). C’est pourquoi nous soutenons l’appel
du gouvernement haïtien à une force multinationale pour aider sa police à rétablir la sécurité».
Lors du dernier jour de leur sommet qui a marqué la commémoration du 50 ème
anniversaire de la CARICOM, le Secrétaire d’État américain, Antony Blinken, s’est adressé
directement à la Communauté des Caraïbes (CARICOM) à Trinité-et-Tobago, dans le cadre
du soutien militaire pour Haïti.
De son côté, le Premier ministre de la Dominique, Roosevelt Skerrit, avait partagé
l’avis du groupe régional sur le fait de soutenir Haïti à renforcer les forces policières et de
parvenir à créer un couloir sûr pour être capable d’apporter une aide humanitaire. Cependant,
il est resté convaincu que ce premier pas doit être validé par le Conseil de sécurité de l’ONU.
Emmanuel Saintus

Popular articles

Interrogations sur les motifs de refoulement des Haïtiens munis de visa américain, canadien ou Schengen

Le refoulement des Haïtiens, munis de visa américain, canadien ou Schengen, débarquant dans les...

Conférence de commémoration du 199ème anniversaire de la dette de l’indépendance d’Haïti:

" Impact de la dette de l'indépendance dans le sous-développement d'Haïti"Le Mouvement Point Final...

Instabilite

De l'instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple...

Mythe ou vérité ? Le peuple haïtien, pour son propre malheur, choisirait-il des bandits comme leaders?

 Les analystes politiques prennent le vilain plaisir de culpabiliser les victimes en guise de...

Latest News

La marche sera très haute pour le CPT, et les attentes de la population tout aussi élevées …

Jusqu’à la semaine dernière, je n’étais pas encore certain qu’il verrait le jour.  Les...

Les prix des produits alimentaires augmentent considérablement

« C’est difficile de trouver des marchandises à cause du blocage des axes routiers par...

Des résolutions à n’en plus finir…

Le mercredi 3 avril 2024, le Conseil permanent de l’Organisation des États Américains (OEA)...