HomeJusticeLa dégradation des conditions de vie des déplacés internes

La dégradation des conditions de vie des déplacés internes

Published on

Archives

spot_img

Les déplacés internes augmentent à Port-au-Prince, pendant que leurs conditions se dégradent et attirent de moins en moins l’attention de l’opinion publique, a révélé le CARDH. Le Centre d’Analyse et de Recherche en Droits de l’Homme (CARDH) continue de tirer la sonnette d’alarme sur la situation des déplacés internes de la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Environ un mois après l’exacerbation de la violence des gangs contre la population de certains quartiers de la capitale haïtienne, les déplacés internes ont augmenté, et leurs conditions de vie se sont considérablement dégradées, tandis qu’ils retiennent de moins en moins l’attention de l’opinion publique et que les interventions humanitaires sont systématiquement réduites.

Dans un nouveau rapport publié le lundi 25 septembre 2023, le CARDH souligne que les déplacés internes ont nettement augmenté depuis la résurgence des actes de banditisme dans la capitale haïtienne. Aujourd’hui, il y a 45 sites dont 38 à Port-au-Prince. Entre 30 à 35 000 déplacés internes y vivent. L’organisation de défense de droits humains estime que ce chiffre peut être révisé à la hausse, parce que des déplacés ayant tenté de retourner dans leur quartier ont dû rebrousser chemin, vu que leurs maisons ont été détruites ou pillées, ou encore en raison de la violence instaurée par des jeunes de ces quartiers, intégrant nouvellement les activités criminelles.

* Des conditions de vie de plus en plus difficiles

Dans son rapport, le CARDH a dressé un tableau assez sombre des conditions de vie des personnes logées au sein de ces sites. Des maladies, telles que : la diarrhée, la grippe, la gratelle, la fièvre, le choléra, s’y propagent. Des blessés par balle, des gens ayant des problèmes psychologiques n’ont pas accès aux soins de santé. Même les malades de la tuberculose, chassés du Centre Sanatorium, sont aussi dans des sites. «Ils n’ont pas accès aux soins réguliers et ne bénéficient non plus d’une prise en charge spéciale», observe le CARDH.

De plus, les sites comptent énormément de nourrissons et d’enfants en bas âge qui dorment parfois sous la pluie, compliquant leur situation, selon le CARDH. D’ailleurs, la moitié des sites contient des nourrices et des femmes enceintes et sur le point d’accoucher, ayant besoin de soins spéciaux et urgents.

Outre des femmes qui se prostituent dans ces espaces, le CARDH affirme que des femmes et des mineures y font l’objet de violences sexuelles. Il y a eu au moins un cas, de viol sur mineure, identifié. Le problème d’éclairage confronté par ces sites favorise ces pratiques, selon l’organisation de défense de droits humains.

* Cette situation attire de moins en moins l’attention de l’opinion publique

Le CARDH souligne, certes, les efforts des leaders communautaires, des bénévoles de la protection civile et des organisations investies dans l’humanitaire. Cependant, leurs interventions restent très limitées. «Ces interventions, largement insuffisantes, sont drastiquement réduites, alors que le nombre de déplacés et de sites augmentent, ainsi que leurs besoins immédiats», déplore-t-il.

Le CARDH attire aussi l’attention sur la situation des bénévoles, pour la plupart des victimes aussi et qui travaillent dans des conditions difficiles, qui n’ont, jusqu’à présent, reçu aucun accompagnement ni encadrement.

Face à cette situation, le CARDH plaide pour une remobilisation autour de la situation des déplacés internes, une nouvelle évaluation des besoins (par secteur) et un plan de relèvement durable qui leur permettra de regagner leur maison (si possible) ou de les relocaliser dans la dignité, d’avoir une activité économique et qui prendra en compte la situation des catégories les plus fragiles.

L’organisation reconnaît que les opérations de la police à Carrefour-Feuilles ont conduit à un calme dans certains quartiers. Néanmoins, en dehors des opérations, elle préconise une présence constante de la police dans ces zones pour aider les déplacés qui le souhaitent, à retourner chez eux.

De plus, suite à la violence des gangs à Carrefour-Feuilles et à Tabarre, la Direction de la Protection Civile dit enregistrer 32 045 déplacés pour 6 409 familles. Le Ministère de la Communication informe que la Direction de la Protection Civile, dans son rapport #10, a enregistré 32 045 déplacés pour 6 409 familles. Ce rapport sur la situation des habitants de Carrefour-Feuilles et de Tabarre a été réalisé au cours de la période allant du lundi 18 au lundi 25 septembre 2023. Ces citoyens qui fuient la violence des gangs se trouvent actuellement au niveau de 45 sites à travers le pays. «La Direction de la Protection Civile (DPC) a présenté, le lundi 25 septembre 2023, son rapport #10, sur la situation des déplacés de Carrefour-Feuilles et de la commune de Tabarre. Ce rapport prend en compte la période allant du lundi 18 au lundi 25 septembre 2023. Dans cet intervalle, la DPC a enregistré un total de 32 045 déplacés pour 6 409 familles au niveau de 45 sites à travers le pays», a écrit le Ministère de la Communication sur son site internet.

La guerre des gangs à Tabarre oblige 3 759 personnes à se déplacer pour le mois de juillet tandis que 28 286 personnes ont fui le quartier de Carrefour-Feuilles, à cause de l’envahissement des gangs de Grand-Ravine, dans ce quartier situé au centre-ville de la capitale haïtienne. Dans ce rapport, la Direction de la Protection Civile a souligné la situation des déplacés au niveau des sites d’hébergement. «Plusieurs cas de diarrhée ont été notifiés au cours de la journée du mardi 19 septembre 2023, dans plusieurs sites», a signalé la DPC, indiquant que la maladie a frappé les citoyens, à la suite de la consommation des plats chauds distribués dans des camps des déplacés, selon les révélations des victimes.

Par ailleurs, la Direction de la Protection Civile a enregistré 250 familles déplacées, 11 morts et 4 blessés, à la suite de l’éclatement de la violence armée dans la commune de Saut-d’Eau, le 22 septembre dernier.

La DPC révèle que le gouvernement se montre très préoccupé, face à cette situation lamentable, et prend en compte ses recommandations, afin de résoudre ce problème, et s’engage à créer une atmosphère de sécurité à travers le pays.

Emmanuel Saintus

Popular articles

Ouragan Béryl :

Le Mouvement Point Final a fait des visites des lieux dans le Sud -Est...

Les élections américaines 2024 :

Le Mouvement Point Final présente un petit compte-rendu sur les débats de Joe Biden...

 

Happy Father’s Day: Dismantling Stereotypes Affecting Black Fathers                                              Malika Jallow  This past Sunday, June 16th, we...

COUN : le CPT inaugure le Centre d’opérations d’urgence national

Le Centre d’Opérations d’Urgence National a été inauguré par les membres du Conseil Présidentiel...
spot_img

Latest News

3ème anniversaire de l’assassinat du Président Jovenel Moïse :

Le Mouvement Point Final demande un rejet total de l'ordonnance du juge Walter Wesser...

Haïti, Crime financier :

Le mode de fonctionnement des Compagnies téléphoniques en Haïti a été critiqué par de...

Haïti, Justice et société :

Le Mouvement Point Final applaudit la décision du Gouvernement Conille de renvoyer l'entrée en...
spot_img