HomePerspective & PolitiqueLes quelques domestiques ariélistes ont le cul entre deux chaises

Les quelques domestiques ariélistes ont le cul entre deux chaises

Published on

Archives

Certains ont un éléphant dans le salon, toutefois, il leur est extrêmement difficile de le distinguer …
Encore un qui se promène avec un entonnoir sur la tête pour dire autant d’âneries… Un petit
gyrophare sur l’entonnoir, afin qu’on le voie de loin. La folie n’a jamais protégé quelqu’un de la
réalité.
Evans Paul accueille avec un sentiment de honte, la proposition du Kenya de diriger une force
multinationale en Haïti. L’ex-premier ministre haïtien, Evans Paul , s’est exprimé aux micros des
journalistes concernant la proposition du Kenya qui envisage d’envoyer 1000 policiers et de diriger
une force multinationale en Haïti. L’ancien locataire de la Primature dit avoir accueilli cette
nouvelle avec un sentiment de honte et s’est questionné sur le comportement des acteurs politiques
haïtiens qui n’ont pas trouvé la meilleure solution pour sortir le pays de ce marasme, donnant du
même coup l’accès à la Communauté Internationale d’intervenir dans nos affaires. «C’est une honte
de nous mettre dans cette situation, et d’autres pays se déplacent pour arranger les choses pour nous.
La crise haïtienne n’est pas une guerre contre un autre pays mais c’est plutôt des Haïtiens qui
maltraitent leurs frères, qui déstabilisent Haïti, et c’est là que nous trouvons la honte», a-t-il déclaré.
Evans Paul croit que les acteurs doivent prendre conscience pour trouver une solution à cette crise.
«Quelle que soit notre position, nous devons nous demander pourquoi nous devons agir ainsi,
jusqu’à obliger la Communauté Internationale d’entrer au pays pour nous aider à rétablir l’ordre
dans la cité», a-t-il poursuivi. Toutefois, il remercie le Kenya pour son vœu de solidarité, sans
cacher une énième fois qu’il se sent gêné, tout en lançant un message patriotique à la jeunesse
haïtienne, afin qu’elle puisse prendre la dignité du pays en main.
Pour sa part, le premier ministre canadien accuse la classe politique haïtienne de ne pas prendre la
crise politique et sécuritaire au sérieux. Le premier ministre canadien, Justin Trudeau , lors d’un point
de presse à Hamilton, en banlieue de Toronto, le lundi 31 juillet, n’a pas mâché ses mots pour
dénoncer le gouvernement haïtien ainsi que toute la classe politique qui n’ont pas pris au sérieux la
crise politique et sécuritaire qui frappe le pays depuis un bon moment, ont rapporté plusieurs médias
canadiens. Il a aussi appuyé l’intervention d’une force étrangère sur le territoire national. «Ça fait
trois décennies qu’on est là en Haïti, à différents moments, pour aider à contrer la violence,
l’instabilité politique, une situation humanitaire épouvantable, et on se retrouve quand même,
maintenant, dans une situation qui est parmi les pires qu’on n’ait jamais vues, malgré trente ans
d’appuis et d’investissements», a-t-il déclaré. Le premier ministre canadien, dans ses interventions,
accuse la classe politique haïtienne qui, d’après lui, n’est pas préoccupée par la situation chaotique
que connaît le pays. «On est là pour mettre de la pression sur la classe politique en Haïti, qui n’est
pas en train de prendre au sérieux la responsabilité qu’ils ont de faire des compromis et rétablir la
sécurité», a-t-il lancé.
Le Kenya a déjà manifesté sa volonté de diriger une force multinationale avec 1 000
policiers kényans sur place pour commencer l’intervention.
Le gouvernement haïtien, via le ministère des Affaires étrangères, a salué «la volonté de ce
pays frère d’apporter un appui effectif aux forces de l’ordre haïtiennes, dans leur combat pour le
rétablissement d’un environnement sécuritaire dans le pays, et même de considérer la possibilité
d’assumer le leadership d’une force multinationale, dès que le Conseil de Sécurité des Nations
Unies lui aura donné son aval».
Emmanuel Saintus

Popular articles

Instabilite

De l'instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple...

Mythe ou vérité ? Le peuple haïtien, pour son propre malheur, choisirait-il des bandits comme leaders?

 Les analystes politiques prennent le vilain plaisir de culpabiliser les victimes en guise de...

Un Conseil Présidentiel de 7 membres, à la tête du pays, est-ce pour bientôt?

C’est une démarche boiteuse au mieux, bizarre certainement, mais il fallait bien entreprendre quelque...

La CARICOM recrute 7 nouveaux acteurs haïtiens pour pour une  débauche présidentielle  inédite

Cette organisation qui n’a jamais supporté Haïti dans sa lutte contre ses ennemis internes...

Latest News

Haïti, crise politique 

La propagande opportuniste, à chaque fois, s’est trouvée renforcée, avec des anciens visages pour...

Le Conseil Présidentiel de Transition a un mandat limité au 7 février 2026

Le vendredi 12 avril 2024, le Conseil des Ministres a publié dans le journal...

Aucune transition politique n’a été aussi sanglante, selon le RNDDH

La situation, décrite dans le rapport d’enquête très détaillé du Réseau National de Défense...