HomePerspective & PolitiqueLe CARICOM joue un jeu perdu d’avance, et il le sait, mais...

Le CARICOM joue un jeu perdu d’avance, et il le sait, mais il s’en moque …

Published on

Archives

CARICOM, sachez qu’on ne jette pas les perles aux pourceaux! «Ne donnez pas les choses
saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu’ils ne les
foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent.» (Mathieu 7). Ces hommes de paille,
qui gouvernent Haïti et qui sont les principaux kapos de ce système, doivent être tenus pour
responsables d’une situation dont les habitantes et habitants ne sont même plus consultés. Une
démocratie qui part en lambeaux. Ils mangent sans vergogne à tous les râteliers! Ariel Henry
et son équipe de PHTKistes remaniée sont la source de tous les malheurs du pays.
En effet, des personnalités de la CARICOM, dont trois anciens Premiers Ministres de la
région, ont entrepris une seconde ronde des négociations inter-haïtiennes. L’objectif était de
rapprocher les positions antagoniques de l’opposition et du gouvernement. Ils ont eu une
séance de travail avec le Premier Ministre de facto haïtien, M. Ariel Henry, ainsi qu’avec des
dirigeants croupions de partis politiques et des responsables de certaines organisations de la
société civile haïtienne. Le vendredi 14 juillet 2023, les négociations politiques, menées sous
les auspices de la CARICOM entre les signataires de l’Accord du 21 décembre et ceux de la
déclaration conjointe de Kingston, n’ont pas permis d’aboutir à un accord, chaque partie
campant sur ses positions et s’accusant mutuellement d’intransigeance. On ignore l’avenir de
ces négociations, les représentants de la CARICOM ne s’étant pas encore prononcés.
«Encore une fois, le jusqu’au-boutisme des signataires de la Déclaration de Kingston
et leur volonté d’imposer leur collège présidentiel de 5 membres ont fait échouer la deuxième
ronde de négociations sous les auspices de la CARICOM, malgré le doigté de la médiation.
C’est dommage!», a tweeté Me André Michel, l’un des chefs de SDP. Dans un récent tweet,
Maître André Michel exprime sa déception quant à l’échec de la deuxième ronde de
négociations sous les auspices de la CARICOM en Haïti. Selon lui, le «jusqu’au-boutisme»
des signataires de la Déclaration de Kingston, qui souhaitent imposer un collège présidentiel
de 5 membres, a entravé les pourparlers, malgré les efforts de médiation. Ce constat est
préoccupant et souligne l’importance du dialogue dans cette situation. Le groupe politique
Montana, composé des partis PHTK, OPL, EDE et Pitit Dessalines, a rejeté toutes les
propositions du Premier Ministre Ariel Henry et du Consensus du 21 Décembre. Ces
propositions incluaient la formation d’un Gouvernement d’Unité Nationale, l’ouverture du
Haut Conseil du Transition (HCT), la mise en place d’un Conseil Électoral Provisoire (CEP)
et l’intervention d’une force internationale. Leur refus de considérer ces propositions
démontre un manque de compréhension, quant à l’importance du dialogue dans ce contexte
critique, a noté le SDP. Toutefois, le parti SDP, signataire du Consensus du 21 décembre,
continue de promouvoir le dialogue en tant que seule voie de sortie viable. Bien qu’il
maintienne son attachement à la recherche d’un consensus, le SDP appelle le Gouvernement
et l’HCT, responsables des affaires de l’État, à assumer pleinement leurs responsabilités. En
effet, ils ont l’obligation de fournir des résultats concrets pour le bien de la nation.
Cet échec des négociations met en lumière la nécessité cruciale du dialogue politique
en Haïti. Face à une crise complexe et persistante, il est essentiel que toutes les parties
prenantes s’engagent dans un dialogue constructif pour parvenir à une résolution pacifique et
durable. Les différences d’opinions et les divergences politiques ne doivent pas faire obstacle
à la recherche de solutions communes et à la consolidation de la démocratie en Haïti. Il est
donc impératif que les signataires de la Déclaration de Kingston, le groupe Montana, ainsi que
les autres acteurs politiques, comprennent l’urgence de la situation et la nécessité d’un
compromis. L’avenir de la nation haïtienne dépend de la volonté de toutes les parties de
mettre de côté leurs intérêts personnels et de travailler ensemble pour reconstruire un pays
stable, démocratique et prospère.

Le temps presse pour Haïti, et il est crucial que les responsables politiques mettent de
côté leurs différends et fassent preuve de leadership en faveur du bien-être de la population.
La Communauté Internationale peut jouer un rôle de soutien en encourageant et en facilitant
le dialogue, tout en respectant la souveraineté et l’autodétermination du peuple haïtien.
L’échec de la deuxième ronde de négociations en Haïti met en évidence la nécessité urgente
d’un dialogue politique inclusif et constructif. Les acteurs politiques doivent mettre de côté
leurs divergences et s’engager dans un processus de médiation sincère, afin de trouver des
solutions viables pour sortir de la crise actuelle. L’avenir d’Haïti dépend de la volonté de tous
les acteurs, de travailler ensemble pour reconstruire un pays stable et prospère.
Emmanuel Saintus

Popular articles

Le déploiement de la force Kenyane en discussion 

La ministre de la justice et de la sécurité publique, Emmelie Prophète, a représenté...

Tout cela n’est que pour un temps…

Il arrivera un moment où tout ceci sera derrière nous.  Quand exactement, je ne...

Le juge de paix de Carrefour, Jean Frantz Ducasse : kidnappé

Les cas de kidnapping se multiplient dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, ces derniers...

Comme quoi, Guy Philippe est aussi menteur que ses patrons…

« 90 jours seulement pour mettre fin au problème des gangs dans le pays », a...

Latest News

L’avenir d’Haïti :  la fin de la violence en Haïti est liée au départ d’Ariel Henry 

Le cycle de la violence dure depuis trop longtemps en Haïti, un pays qui...

Haïti : crise politique 

Le Mouvement Point Final crie au Coup d'État.  La présence d'Ariel Henry au pouvoir...

Ariel et ses acolytes sont pris au piège

La démission d’Ariel Henry du poste de commandant en chef à la Primature est...