En Bref

Published on

Archives

Le gouvernement décrète un couvre-feu de 4 jours

Patrick Michel Boisvert, le ministre de l’Économie et des Finances, qui remplace le premier ministre a. i, Ariel Henry, présentement à l’extérieur du pays, vient de décréter un État d’urgence sur toute l’étendue du territoire du département de l’Ouest, par l’arrêté suivant.  

« Tenant compte de la dégradation de la situation sécuritaire, notamment dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, caractérisée par des actes criminels de plus en plus violents perpétrés par les gangs armés, provoquant des déplacements massifs de population et consistant notamment en des enlèvements et assassinats de paisibles citoyens, en des violences exercées sur des femmes et des enfants, en des saccages et pillages de biens publics et privés ;

Tenant compte des attaques perpétrées dans la nuit du 2 mars 2024 par des bandes armées contre les deux plus grands centres pénitentiaires du pays, soit le Pénitencier National et à la Prison de Croix-des-Bouquets, causant des morts et des blessés dans les rangs de la Police et du personnel pénitentiaire, l’évasion de prisonniers dangereux et la vandalisation de ces lieux;

Considérant que ces actions mettent en péril la sécurité nationale, le Gouvernement de la République, se référant à l’arrêté du 3 mars 2024, déclarant l’État d’urgence sur toute l’étendue du Département de l’Ouest, pour une période de soixante-douze heures, renouvelable, et afin de rétablir l’ordre et de prendre les mesures appropriées, aux fins de reprendre le contrôle de la situation, décrète un couvre-feu sur tout ce territoire, dimanche, lundi, mardi et mercredi 6 mars, de 8h00 p.m. à 5h00 a. m.

Cette mesure ne s’applique pas aux agents de la force publique en service, aux pompiers, ambulanciers, aux personnels de santé et journalistes dûment identifiés.

En conséquence, les forces de l’ordre ont reçu l’ordre d’user de tous les moyens légaux à leur disposition, en vue de faire respecter le couvre-feu et d’appréhender tous les contrevenants.

Le ministère de la Communication, pris d’assaut 

Le samedi 2 mars 2024, des individus armés ont envahi, saccagé et pillé les locaux du ministère de la Communication, situé à Bois-Verna.

Mario Palacios, condamné à la prison à vie

Vendredi le 1er mars 2024, l’ex-militaire colombien, Mario Palacios, qui a nié sa culpabilité pendant des mois jusqu’en décembre 2023 où il a plaidé coupable de complot avec d’autres complices en vue d’assassiner le Président Moïse, a été condamné à la prison à vie pour chacun des trois chefs d’accusation qui lui sont reprochés.  La sentence a été prononcée par un tribunal fédéral de Miami, en Floride, où Palacios s’est présenté dans la matinée pour recevoir sa sentence.  Il convient de noter que l’accusé avait préalablement conclu un accord avec le parquet, s’engageant à collaborer.

Selon le Bureau du Procureur, Palacios était présent au domicile de Moïse, lors de l’assassinat, où il a participé au vol d’argent et de bijoux.  Cependant, il est à noter qu’il a joué un rôle mineur dans le complot et qu’il n’avait pas de pouvoir décisionnel au sein du groupe.

C’est le 5e accusé dans cette affaire à avoir été condamné à la prison à vie, après l’ex-sénateur John Joel Joseph, Alejandro Rivera Garcia, alias « Colonel Mike », un officier de l’armée colombienne à la retraite ; Rodolphe Jaar, un ex-trafiquant de drogue, déjà reconnu coupable aux États-Unis dans le passé. 

Choléra : l’OMS aux côtés d’Haïti 

En marge de la 6ème session de l’Assemblée des Nations Unies pour l’Environnement, Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur Général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a rencontré le Premier Ministre a. i., Ariel Henry, à Nairobi, au Kenya.  Les deux hommes ont discuté des défis que représentent l’insécurité et la violence pour la santé en Haïti.  L’OMS a réitéré son appui à la réponse contre le choléra et autres besoins de santé en Haïti.  « Je l’ai assuré du soutien continu de l’OMS, pour répondre à l’épidémie de choléra et pour répondre aux autres besoins sanitaires de la population haïtienne, en particulier des personnes déplacées à l’intérieur du pays ». En ce qui concerne cette épidémie de choléra, le ministère qui prône la transparence, se garde d’informer la population de l’étendue de l’épidémie depuis maintenant 1 mois.

Situation toujours tendue 

Le vendredi premier mars 2024, la situation était toujours tendue dans certaines zones de la capitale, au lendemain de l’escalade de violence perpétrée par les gangs armés.  Des tirs d’armes automatiques été rapportés dans plusieurs endroits au centre-ville de la capitale, mais,                                                                                                                                                dans l’ensemble, la journée a été en « apparence plus calme » et on a assisté à une timide reprise des activités.

Reprise des vols vers la RD, mais pas de retour possible 

Le vendredi, en dépit de la situation tendue, les compagnies aériennes ont maintenu leurs vols à destination des États-Unis et de la République Dominicaine (les vols intérieurs sont toujours suspendus).  Par contre, notez que les vols commerciaux de la République Dominicaine vers Haïti ont été annulés vendredi, après les émeutes qui se sont étendues à la zone de l’aéroport international, Toussaint Louverture, causant des dommages aux avions et aux installations.  Il est à craindre que la suspension se poursuive également ce samedi, si la situation tendue qui prévaut en Haïti se poursuit.

Bon-Repos, un 5e policier trouvé mort

Vendredi 1er mars, le corps sans vie d’un inspecteur divisionnaire de Bon-Repos a été retrouvé, « ce qui porte désormais à 5, le nombre de policiers tués, jeudi », dans l’attaque du sous-commissariat de Bon-Repos.

5 pays ont confirmé leur participation à la mission en Haïti

Pour le moment, 5 pays (les Bahamas, le Bangladesh, la Barbade, le Bénin et le Tchad) ont répondu aux exigences de la Résolution du Conseil de Sécurité qui exige que les pays informent le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, de leur participation à la mission internationale de sécurité en Haïti, pour aider la Police Nationale d’Haïti (PNH) à lutter contre les gangs armés.  Rappelons que, bien qu’approuvée par le Conseil de sécurité, cette mission n’est pas une opération de l’ONU.

Assainissement : le CNE aux côtés de Pétion-Ville

Le mercredi 29 février, le Centre National des Équipements (CNE), dans le cadre de son programme « CNE Lakay Ou », a mis au service de la mairie de Pétion-Ville, une flotte de 17 camions, 2 chargeurs et un bulldozer pour débarrasser les rues des amas d’immondices.

Tension et panique près de l’Ambassade US 

Le vendredi 23 février, une forte tension a régné dans la zone de l’Ambassade américaine, à Tabarre où la Police Nationale d’Haïti (PNH) affrontait des individus lourdement armés. Les échanges de tirs intenses et les grenades lacrymogènes ont semé la panique dans la population.

Condoléances du gouvernement

Dans une note, la Primature exprime « […] son indignation face aux actes de violence et de terreur, orchestrés par des bandits armés, dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.
Des membres des forces de l’ordre, dévoués à la protection et à la sécurité de notre pays, ont perdu la vie tragiquement dans l’exercice de leur profession, sans oublier les nombreuses victimes au sein de la population.  Plusieurs autres sont sortis blessés, lors de ces attaques de bandits sans foi ni loi.

 Le Gouvernement condamne, avec la dernière rigueur, ces actes lâches et ignobles, et dénonce, par la même occasion, les scènes de pillage et de vandalisme des institutions publiques et des entreprises privées auxquelles les bandits se livrent, et continue à travailler pour trouver, sans délai, une solution à la criminalité grandissante et à l’insécurité qui continuent à endeuiller les familles haïtiennes.

Le Gouvernement adresse ses condoléances émues aux familles des victimes, notamment celles des policiers, ainsi qu’à tous les membres de la population civile, tout en leur exprimant sa solidarité inébranlable. »

Les « Madan Sara » prennent le béton 

Les « Madan Sara », chassées des marchés de la capitale par les gangs armés, organisaient une manifestation le 1er mars, pour exiger du gouvernement le rétablissement de la sécurité dans le pays.  La marche est partie de Pétion-Ville pour aboutir devant les locaux de la Primature.

PNH : coup dur pour le gang de Saint-Marc

Le mercredi 28 février, la police a blessé mortellement le présumé membre du gang de Saint-Marc, « Schneider », ainsi connu, et a arrêté 9 autres membres.

Situation toujours tendue 

Le vendredi 1er mars 2024, la situation était toujours tendue dans certaines zones de la capitale, au lendemain de l’escalade de violence perpétrée par les gangs armés.   Des tirs d’armes automatiques été rapportés dans plusieurs endroits au centre-ville de la capitale, mais dans l’ensemble la journée a été en « apparence plus calme » et on a assisté à une timide reprise des activités…

Reprise des vols vers la RD, mais pas de retour possible 

Le vendredi 1er mars, en dépit de la situation tendue, les compagnies aériennes ont maintenu leurs vols à destination des États-Unis et de la République Dominicaine (les vols intérieurs sont toujours suspendus).  Par contre, notez que les vols commerciaux de la République Dominicaine vers Haïti ont été annulés, vendredi, après les émeutes qui se sont étendues à la zone de l’aéroport international Toussaint Louverture, causant des dommages aux avions et aux installations.  Il est à craindre que la suspension soit maintenue également ce samedi, si la situation tendue qui prévaut en Haïti se poursuit.

Bon-Repos, un 5e policier, trouvé mort

Vendredi 1er mars, le corps sans vie d’un inspecteur divisionnaire de Bon-Repos, a été retrouvé, « ce qui porte désormais à 5, le nombre de policiers tués jeudi, » dans l’attaque du sous-commissariat de Bon-Repos.

Le Commissariat de Ouanaminthe, attaqué 

Vendredi 1er mars, vers 1 heure du matin, des individus armés ont attaqué le Commissariat de Ouanaminthe, durant près de 20 minutes, mais ils ont été mis en échec par les policiers, grâce aux agents de l’Unité Départementale de Maintien de l’Ordre (UDMO) venus en renfort.  Par ailleurs, le sous-commissariat de Delmas 3, a été incendié.

5 pays ont confirmé leur participation à la mission en Haïti 

Pour le moment, 5 pays (les Bahamas, le Bangladesh, la Barbade, le Bénin et le Tchad) ont répondu aux exigences de la Résolution du Conseil de Sécurité qui exige que les pays informent le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, de leur participation à la mission internationale de sécurité en Haïti pour aider la Police Nationale d’Haïti (PNH) à lutter contre les gangs armés.  Rappelons que bien qu’approuvée par le Conseil de Sécurité, cette mission n’est pas une opération de l’ONU.

Assainissement : le CNE aux côtés de Pétion-Ville

Mercredi 29 février, le Centre National des Équipements (CNE), dans le cadre de son programme « CNE Lakay Ou » a mis au service de la mairie de Pétion-Ville, une flotte de 17 camions, 2 chargeurs et un bulldozer, pour débarrasser les rues des amas d’immondices.

Décès de l’ingénieur-agronome Pierre Léger

Le gouvernement a appris, avec tristesse, le décès à Paris, dans la matinée du 29 février 2024, de l’ingénieur-agronome Pierre Léger (77 ans), industriel émérite, homme exceptionnel, qui a consacré sa vie au développement.

« Les réalisations de Monsieur Pierre Léger resteront un héritage précieux pour les générations futures.

En ces moments d’affliction, le gouvernement partage la douleur de la famille Léger et de tous ceux qui ont eu le privilège de le connaître.

Le gouvernement joint sa voix à celle du peuple haïtien pour adresser ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches du disparu, ainsi qu’à ses collaborateurs de Frager S. A. et à la communauté du Sud en général. »

Également, l’Ambassade d’Haïti en France dit avoir appris avec une grande tristesse le décès en France de l’entrepreneur haïtien Pierre Léger, PDG de Frager S.A.

« Monsieur Léger s’était construit une solide réputation dans le domaine des huiles essentielles, et avait hissé son entreprise au rang de premier producteur et exportateur mondial d’huile de vétiver.


Il était également un citoyen très engagé dans le développement de la presqu’île du Sud, notamment en s’engageant, durant près de 25 ans, dans le projet de la construction d’un port à Saint-Louis du Sud.


L’Ambassade d’Haïti en France présente ses plus sincères condoléances à sa famille, ses proches ainsi qu’à toutes les personnes affectées par son départ. » 

Evens Eliacin / Eric Désiré

Popular articles

Instabilite

De l'instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple...

Mythe ou vérité ? Le peuple haïtien, pour son propre malheur, choisirait-il des bandits comme leaders?

 Les analystes politiques prennent le vilain plaisir de culpabiliser les victimes en guise de...

Un Conseil Présidentiel de 7 membres, à la tête du pays, est-ce pour bientôt?

C’est une démarche boiteuse au mieux, bizarre certainement, mais il fallait bien entreprendre quelque...

La CARICOM recrute 7 nouveaux acteurs haïtiens pour pour une  débauche présidentielle  inédite

Cette organisation qui n’a jamais supporté Haïti dans sa lutte contre ses ennemis internes...

Latest News

Newsreel

News coming from the nations leaders last week offered some hope that things will...

Frankétienne : Un nom qui sonne comme une insolence

Né le 12 Avril 1936 à Ravine Sèche dans le département de l’Artibonite, Jean-Pierre...

La reddition de compte, ultimement, est personnelle : avis en est donné aux concernés

Je sais que la politique est une lutte idéologique qui s’exprime de toute sorte...