HomePerspective & PolitiqueDes acteurs Politiques Haïtiens sont invités à une réunion à la Jamaïque

Des acteurs Politiques Haïtiens sont invités à une réunion à la Jamaïque

Published on

spot_img

Archives

Le peuple ne doit pas continuer à tolérer des dirigeants qui placent les intérêts de son pays au-
dessous des valeurs occidentales et surtout américaines, pendant encore des décennies. En gros,
les pouvoirs en Occident ne sont soutenus que par la bourgeoisie. Elle se raconte des histoires et
est très satisfaite d’elle-même. Les Haïtiens doivent comprendre que leurs dirigeants politiques
n’ont pas gardé leur autonomie vis-à-vis des puissances étrangères en lice, mais que, notamment
les Américains, ne veulent que d’un dirigeant à leurs bottes. Point barre.
Les Américains ne supportent pas un Président qui n’agit que dans l’intérêt d’Haïti. Tant
que Saddam, l’Irakien, faisait la guerre à l’Iran comme l’Ukraine à la Russie, tout était nickel.
Quand il a voulu avoir un port d’accès à la mer pour son pétrole, il est passé à la moulinette.
Voilà comment sont les néo-conservateurs : TOUT pour eux et RIEN pour les pays vassaux… La
population doit être éduquée à ne pas se laisser avoir et manipuler, les traîtres ne sont jamais
bons pour un pays.
En effet, la crise haïtienne passe de sphère de l’ONU et de l’OEA à celle de la
CARICOM . Des acteurs sont invités à une réunion à la Jamaïque, du 11 au 13 juin 2023. À
l’invitation de la Conférence des chefs de gouvernement de la Communauté des Caraïbes
(CARICOM), des acteurs politiques et de la société civile en Haïti dont l’actuel Premier ministre,
la présidente du HCT, les signataires de divers accords politiques sont attendus à Kingston, en
Jamaïque, du 11 au 13 juin 2023. Ils devront participer aux consultations des parties prenantes
sur la crise haïtienne.
Pour mener les discussions, les chefs d’État et de gouvernement de la CARICOM ont mis
en place un groupe ad hoc (Eminent persons group, EPG) composé de trois anciens premiers
ministres de la région : Perry Christie (Bahamas), Bruce Golding (Jamaïque) et Dr Kenny
Anthony (Sainte-Lucie). Les consultations des parties prenantes devraient durer trois jours : deux
jours de dialogue intense entre les parties prenantes haïtiennes et un troisième jour de discussions
avec le EPG, en tant que facilitateur, au nom des chefs d’État et de gouvernement de la
CARICOM.
Au menu, ils ont prévu trois questions fondamentales: Quelles sont les mesures de
gouvernance provisoires nécessaires à l’approche des élections générales, pour restaurer la
confiance dans la transition et garantir que le gouvernement puisse tenir ses engagements ?
Comment parvenir à des élections générales crédibles pour choisir un gouvernement légitime et
représentatif du peuple haïtien ? Quelles réformes fondamentales sont nécessaires pour garantir
que la crise actuelle ne se répète ?
Les réponses des acteurs haïtiens
Dans un entretien au Journal Haïti Progrès, Ted St-Dic, invité comme représentant de l’Accord
Montana, a confié à la rédaction du Journal que les tenants de l’Accord Montana ont bel et bien
reçu l’invitation mais, à présent, ils sont en discussion pour déterminer si oui ou non ils y
participeront. C’est le cas du parti EDE de l’ancien PM par intérim, Claude Joseph, En avant de
l’ancien député de Pétion-Ville, Jerry Tardieu qui n’ont pas encore confirmé leur participation.
Pour sa part, M e André Michel, de l’Accord du 21 décembre, informe qu’il est en discussion avec
les dirigeants de la CARICOM sur le déroulement de ces assises mais qu’il n’a pas encore
confirmé non plus sa présence. D’autres structures des droits humains comme le RNDDH et le
CARDH ont confirmé avoir reçu l’invitation.

Un proche de l’exécutif nous a confié que le premier ministre doit se rendre au Bahamas
le 8 juin, pour prendre part à une rencontre entre les 14 leaders de la CARICOM ainsi que la
République Dominicaine et la vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris. Mais il n’était pas
en mesure de confirmer la participation du chef du gouvernement à ces assises. Il affirme que le
Premier Ministre Ariel Henry fera connaître sa décision publiquement dans les jours à venir.
La correspondance envoyée à certains acteurs précise que cette invitation est lancée dans
un esprit d’empathie pour le peuple haïtien qui fait face à la pire crise de mémoire d’homme,
dont les souffrances ont également un impact grave sur l’ensemble de notre région. «Notre
objectif n’est pas de remplacer les discussions haïtiennes en cours, mais de les soutenir et de les
faire progresser, afin de trouver un terrain d’entente, avant qu’il ne soit trop tard», précise Philip
Brave Davis.
Voici la liste des invités: Dr Ariel Henry, Mirlande Manigat, Me André Michel, Ted St-
Dic, de l’Accord Montana, Emmanuel Ménard, Evalière Beauplan, Dr Maryse Narcisse, de
Fanmi Lavalas, Edgar Leblanc de l’OPL, Jerry Tardieu, Line Balthazar du PHTK, Sorel Jacinthe,
Clarens Renois, Claude Joseph, de EDE, Jean Hector Anacacis, Jean André Victor, Jean-Charles
Moïse, Pierre Espérance, Gédéon Jean, Vélina Élysée Charlier de Nou Pa p Dòmi, les recteurs
Jacky Lumarque, Fritz Deshommes; Rosny Desroches, Novia Augustin, Danièle Magloire, Marie
Bernadine Jeudy, Camille Chalmers, Chavannes Jean-Baptiste, Josué Mérilien; Wilhelm Lemke,
de l’Association des Industries Haïtiennes (ADIH), Laurent Saint-Cyr de la Chambre de
Commerce et d’Industrie, pasteur Frinel Joseph, père François, houngan Acacia.
Par ailleurs, le mercredi 24 mai 2023, le Ministre des Affaires extérieures dominicaines,
Roberto Álvarez, a déclaré que plusieurs pays du continent africain étaient disposés à aider Haïti
à faire face à la crise politique, humanitaire et sécuritaire que traversent les Haïtiens. Il a
également souligné que le Rwanda (le 6 e pays avec le plus de soldats de la Paix dans le monde) a
publiquement exprimé son intérêt à venir en aide à Haïti. Dans les Caraïbes, «la Jamaïque et les
Bahamas, entre autres, se sont dit prêts à envoyer des hommes pour appuyer la Police Nationale
d’Haïti. Le problème, c’est que les élites politiques haïtiennes ne parviennent pas à se mettre
d’accord… » ce qui empêche toute intervention…
Par ailleurs, Roberto Álvarez a indiqué que la fermeture des Consulats dominicains en
Haïti était temporaire, lorsque la crise a commencé, et que maintenant, les Consulats dominicains
fonctionnaient normalement.
Emmanuel Saintus

Popular articles

COUN : le CPT inaugure le Centre d’opérations d’urgence national

Le Centre d’Opérations d’Urgence National a été inauguré par les membres du Conseil Présidentiel...

Interrogations sur les motifs de refoulement des Haïtiens munis de visa américain, canadien ou Schengen

Le refoulement des Haïtiens, munis de visa américain, canadien ou Schengen, débarquant dans les...

Conférence de commémoration du 199ème anniversaire de la dette de l’indépendance d’Haïti:

" Impact de la dette de l'indépendance dans le sous-développement d'Haïti"Le Mouvement Point Final...

Instabilite

De l'instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple...

Latest News

12 juin 2024, Journée nationale de l’enfant :

MEDIC Haïti et le Mouvement Point Final dénoncent la mauvaise situation des enfants dans...

Haïti, Crime financier :

Le Mouvement Point Final demande des Comptes de la Gestion des 32 mois de...
spot_img