HomeJustice150 citoyens tués et 300 blessés, victimes de la guerre des gangs

150 citoyens tués et 300 blessés, victimes de la guerre des gangs

Published on

Archives

spot_img

Au moins 150 personnes innocentes ont été tuées et plus de 300 autres blessées, au cours du mois
d’avril, victimes collatérales des affrontements entre gangs armés à Cité-Soleil, a déclaré Joël Janéus,
Maire de la commune.
Entre autres, des experts indépendants de l’ONU exhortent le Gouvernement haïtien. Le mardi
10 mai 2013, à Genève (Suisse), des experts indépendants des Nations Unies ont exprimé leurs
profondes préoccupations face à l’exacerbation des violences, y compris sexuelles, et l’exploitation à
grande échelle, perpétrées par des gangs en Haïti, notamment à l’encontre les femmes et des enfants.
«Des scènes de chaos ont été rapportées dans les rues de la capitale, Port-au-Prince et ses environs,
contraignant les habitants à rester enfermés chez eux et les privant de tout accès aux biens de première
nécessité, à l’éducation et aux soins médicaux », ont déploré les experts. «L’insécurité grandissante a
obligé des milliers de personnes à s’installer dans des campements de fortune, à même les rues, avant
d’être de nouveau expulsées, pourchassées et violentées, y compris par la police».
Différents gangs armés ont pris le contrôle de zones urbaines et se livrent à des tueries,
violences, viols, kidnappings et actes d’intimidation, afin d’étendre leur influence, et ce, dans un
contexte d’impunité généralisée. «Dans un tel contexte de terreur, l’exercice systématique des
violences envers les femmes et les filles, y compris sexuelles, s’inscrit dans une stratégie de contrôle du
territoire et de conquête du pouvoir par les membres des gangs rivaux qui ravagent la capitale depuis
plus d’un an », se sont alarmés les experts. «Nous avons reçu des informations concernant des viols
collectifs, en public, devant des proches et des enfants, sans que des ressources suffisantes ne soient
déployées pour stopper ces violences, traduire les responsables en justice, protéger et indemniser les
victimes». Les experts ont souligné qu’il était difficile de quantifier le nombre de ces victimes en Haïti,
où la grande majorité des cas sont passés sous silence et non-déclarés, rendant les données récoltées
peu fiables. «Les violences sexuelles et basées sur le genre, à l’encontre des femmes et des filles, dans
un contexte de conflit, d’après-conflit ou de maintien de la paix, ne doivent jamais être normalisées»,
ont déclaré les experts. «Les violences basées sur le genre, y compris sexuelles, doivent être reconnues
pour ce qu’elles sont, à savoir une tentative de soumission de populations et d’individus, ainsi qu’une
forme de punition pour celles qui résistent», ont-ils déclaré. Selon les experts, la crise économique et
politique actuelle en Haïti exacerbe le climat de peur qui règne dans le pays. Dans les zones où opèrent
des factions opposées, les communautés marginalisées sont les plus touchées, certaines étant amenées à
utiliser des armes et à renforcer le pouvoir des gangs rivaux, ont-ils déclaré. Ils ont noté que la situation
est d’autant plus critique que l’accès aux armes de gros calibre et aux munitions serait facilité par le
trafic illégal depuis l’étranger. «Nous exhortons les autorités haïtiennes à adopter des mesures
adéquates pour endiguer la violence et amener les auteurs de violences, y compris sexuelles, à rendre
des comptes, conformément à l’état de droit et à la Stratégie nationale de désarmement,
démantèlement, réinsertion et réduction de la violence communautaire (SNDDR-CVR) adoptée par le
gouvernement en juillet 2021», ont conclu les experts.
Ils ont également exhorté la communauté internationale à soutenir le gouvernement et d’autres
acteurs internationaux et locaux, afin d’accroître la capacité des institutions concernées, à maintenir
l’espace civique, à garantir l’obligation de rendre des comptes pour les violations des droits de
l’homme, y compris les violences sexuelles, ainsi qu’à ce que les victimes bénéficient d’une protection
et d’un soutien nécessaires et adéquats.
Emmanuel Saintus

Popular articles

Ouragan Béryl :

Le Mouvement Point Final a fait des visites des lieux dans le Sud -Est...

Les élections américaines 2024 :

Le Mouvement Point Final présente un petit compte-rendu sur les débats de Joe Biden...

 

Happy Father’s Day: Dismantling Stereotypes Affecting Black Fathers                                              Malika Jallow  This past Sunday, June 16th, we...

COUN : le CPT inaugure le Centre d’opérations d’urgence national

Le Centre d’Opérations d’Urgence National a été inauguré par les membres du Conseil Présidentiel...
spot_img

Latest News

Le Rwanda promet de se « défendre » face aux « menaces » de la RDC

Les autorités rwandaises ont réitéré leur intention de se défendre contre les « menaces » de...

Retour du PM Garry Conille au Pays : Le voyage du PM Garry, est qualifié comme un voyage de Copinage.

Deux semaines après son installation au poste de Premier Ministre, Dr Conille se dirige...

OBSERVATIONS  STRUCTURANTES À TIRER DES DERNIERS REBONDISSEMENT DE L’AGONIE DU SYSTÈME HAÏTIEN

Rasin Ganga [email protected] La mondialisation a la vertu de nous inciter, sinon à sortir de notre...
spot_img