HomePerspective & PolitiqueLeve kanpe, mobilisation générale

Leve kanpe, mobilisation générale

Published on

Archives

La mauvaise graine ne meurt jamais. Au contraire, ce sont les bonnes qui meurent précocement…. Tous et toutes des tarés, à croire qu’ils se reproduisent entre eux : ils ont tous exactement les mêmes délires débiles et mauvais de psychopathes.

Ariel Henry fait tout pour mettre à mal les mouvements revendicatifs. Ah, les pauvres! Ils prennent leurs désirs pour des réalités.

En psychologie, cela s’appelle le déni de réalité, comme mécanisme de défense ou d’auto-persuasion, pour se rassurer ou que sais-je encore.

Le dimanche 14 août ramenait la célébration du 231e anniversaire du Congrès du Bois-Caïman (14 août 1791). En ce jour, le Parti Populaire National (PPN), Rasin Kan Pèp, Konbit, Force Opposition Radicale et plusieurs organisations de base avaient lancé une grande mobilisation pour pousser le Premier Ministre Ariel Henry à quitter le pouvoir.

Partis du Champ-de-Mars, après la cérémonie devant l’Ambassade de France, arrivés à l’Avenue John Brown (Lalue), les protecteurs soumis (La Police) du système ont violemment réprimé les manifestants, à coups de gaz lacrymogènes et de tirs nourris.

«Le pays en a marre avec le faux Premier Ministre de facto qui joue le rôle de Président. Nous voulons un pouvoir bicéphale, un Gouvernement qui pourrait répondre au problème de l’insécurité, de la vie chère, de la rareté du carburant. Pèp la pa kapab ak gang k ap fè resèt tout lajounen. Fòk pouvwa gang lan ale!», a dit Keny Bernadin, le secrétaire général du Parti Populaire National.

Plus la bête sauvage souffre et agonise, car en fin de vie, plus ses coups sont violents et maladroits. Le plus vite que la bête crève, mieux ce sera la délivrance.

«Il n’y a pas de demi-grossesse», disent les Chinois ! La sottise ira à son terme ultime, n’en doutons pas ! Les traits du visage de la nouvelle Haïti se précisent …

« Vivre Libre ou Mourir !»

Dans la nuit du 14 au 15 août 1791, la cérémonie qui eut lieu sur l’habitation de « Lenormand de Mézy », aux environs de Morne-Rouge (département du Nord) fut une cérémonie Vaudou communément appelée : « Cérémonie du Bois-Caïman », au cours de laquelle, les esclaves des plantations du Nord jurèrent, à l’instigation de Boukman, « de vivre Libre ou de Mourir ! ».

Entre temps, la Fédération Protestante d’Haïti, organe de représentation des Cultes Réformés en Haïti, a signifié officiellement au Bureau de Suivi de l’Accord du Montana, son retrait de l’Accord.

Emmanuel Saintus

Popular articles

Le déploiement de la force Kenyane en discussion 

La ministre de la justice et de la sécurité publique, Emmelie Prophète, a représenté...

Tout cela n’est que pour un temps…

Il arrivera un moment où tout ceci sera derrière nous.  Quand exactement, je ne...

Le juge de paix de Carrefour, Jean Frantz Ducasse : kidnappé

Les cas de kidnapping se multiplient dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, ces derniers...

Comme quoi, Guy Philippe est aussi menteur que ses patrons…

« 90 jours seulement pour mettre fin au problème des gangs dans le pays », a...

Latest News

Bref

The Haitian crisis has now taken center stage at most international forums in recent...

Que dit la Loi ?

Des manifestations de rue La démocratie marché de pair avec les libertés civiles. Car si...