HomePerspective & PolitiqueLa réponse sèche d’Ariel Henry à Luis Abinader

La réponse sèche d’Ariel Henry à Luis Abinader

Archives

Le vendredi 22 septembre 2023, lors de son intervention à la tribune des Nations Unies, le Premier Ministre de facto, Ariel Henry, a réclamé une fois de plus le déploiement en Haïti d’une Mission multinationale, en appui à la Police Nationale Haïtienne (PNH), afin de combattre les gangs et de rétablir la sécurité. «Je sollicite aujourd’hui, une fois de plus, du haut de cette tribune, d’aider les Haïtiens à demeurer chez eux. Ils sont des milliers à chercher ailleurs, un mieux-être et la tranquillité que leur terre natale ne leur offre plus, dans un monde où il existe de moins en moins d’Eldorado, à cause des aléas climatiques et des crises économiques récurrentes.» «Au nom des femmes et des filles violées chaque jour, des milliers de familles chassées de leurs maisons, des enfants et des jeunes d’Haïti, à qui on a refusé le droit à l’éducation et à l’instruction, au nom de tout un peuple victime de la barbarie des gangs, j’exhorte la communauté internationale à agir vite.»

Concernant la situation d’insécurité en Haïti, Ariel Henry a souligné «la dégradation outrancière de la situation sécuritaire, où la population subit quotidiennement les attaques violentes des gangs armés dans la capitale comme dans les villes de province». «Les criminels qui contrôlent la quasi-totalité de la capitale, les banlieues de Port-au-Prince et certaines villes de province, sèment la terreur. Ils assassinent, incendient, pillent, volent, violent avec une rare cruauté», ajoutant que la détérioration de la situation sécuritaire, ces dernières semaines, a engendré une nouvelle crise humanitaire avec des dizaines de milliers de personnes déplacées qui occupent de façon spontanée plusieurs sites pour échapper à la violence des gangs.

Selon lui, il est «urgent» que le Conseil de sécurité des Nations Unies «autorise le déploiement d’une Mission multinationale spécialisée, à composantes police et militaire, en appui à la PNH, afin de combattre les gangs et de rétablir la sécurité. L’emploi de la force, comme première étape, demeure indispensable pour vaincre les gangs, rétablir l’ordre et créer un environnement propice au bon fonctionnement de l’État.»

Il a également évoqué la crise avec la République Dominicaine, générée par la construction d’un canal d’irrigation en territoire haïtien avec une prise d’eau sur la rivière Massacre (appelée rivière Dajabón en République voisine), soulignant que son pays «a le même droit» que la République Dominicaine d’«utiliser les ressources en eau binationales.»

«Haïti n’est en guerre contre personne, Haïti est un peuple généreux et solidaire qui croit au dialogue et à la possibilité de partager équitablement les ressources communes, dans le respect mutuel. Nous n’avons aucune intention contre nos voisins avec lesquels nous partageons l’île et avec qui nous partageons la frontière». Il ajoute: «l’histoire nous rappelle quotidiennement que la violence d’un pays frère n’apporte qu’une amertume qui se transmet de génération en génération» et que «la rivière Massacre a été une source de frictions historiques entre Haïti et la République Dominicaine et nous invite à ne pas ressusciter ces blessures ou en créer de nouvelles.» «Haïti exige une répartition équitable des ressources de ce fleuve», a déclaré Ariel Henry qui en fait maintenant une affaire d’État. Toutefois, il a précisé qu’Haïti privilégiait la voie du dialogue et de la négociation dans cette affaire, pour surmonter ce qu’il a qualifié de «troubles inutiles» entre les deux Républiques.

Emmanuel Saintus

Popular articles

Le déploiement de la force Kenyane en discussion 

La ministre de la justice et de la sécurité publique, Emmelie Prophète, a représenté...

Tout cela n’est que pour un temps…

Il arrivera un moment où tout ceci sera derrière nous.  Quand exactement, je ne...

Le juge de paix de Carrefour, Jean Frantz Ducasse : kidnappé

Les cas de kidnapping se multiplient dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, ces derniers...

Comme quoi, Guy Philippe est aussi menteur que ses patrons…

« 90 jours seulement pour mettre fin au problème des gangs dans le pays », a...

Latest News

L’avenir d’Haïti :  la fin de la violence en Haïti est liée au départ d’Ariel Henry 

Le cycle de la violence dure depuis trop longtemps en Haïti, un pays qui...

Haïti : crise politique 

Le Mouvement Point Final crie au Coup d'État.  La présence d'Ariel Henry au pouvoir...

Ariel et ses acolytes sont pris au piège

La démission d’Ariel Henry du poste de commandant en chef à la Primature est...
Exit mobile version