HomeEducation & DéveloppementOuverture des classes controversées

Ouverture des classes controversées

Published on

Archives

Malgré la tenue d’une cérémonie officielle pour lancer l’ouverture des classes, plusieurs écoles ont manqué la rentrée des classes le lundi 11 septembre 2023 sur tout le territoire national. Ces écoles ont décidé de prendre une période d’observation durant la première semaine de classe.

Au moment de la rentrée des classes pour l’année académique 2023-2024, les parents haïtiens ne savent pas sur quel pied danser. Ils sont écartelés entre une crise socio-économique sans précédent et une insécurité féroce. Dans la foulée, divers établissements scolaires publics sont occupés par des déplacés internes, issus de différents quartiers de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, notamment Carrefour-Feuilles.

Alors que le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) informe que tout est fin prêt pour la rentrée, le constat est clair et sans équivoque: la population n’y adhère pas.

Dans plusieurs quartiers de la Capitale, la population est prise en otage par des bandits armés. Chassés de leurs domiciles par les malfrats, certains sont logés dans des espaces publics et dorment à la belle étoile. D’autres se sont réfugiés chez des proches ou dans des villes de province.

De l’entrée Nord de la Capitale, en passant par la Commune de Croix-des-Bouquets (à l’Est), vers les Communes de Tabarre, de Pétion-Ville, de Delmas, jusqu’au Centre-ville de Port-au-Prince, la situation est alarmante. Les quartiers sont vidés à cause de la terreur des gangs armés. Le quartier de Carrefour-Feuilles est le dernier en date.

Cette situation affecte les établissements scolaires se trouvant dans les zones de conflits. Il n’y a pas de préparation pour la rentrée scolaire, en raison de l’insécurité qui bat son plein. Pour d’autres, les locaux de certaines écoles servent d’espaces d’hébergement pour les déplacés forcés. En outre, la population fait face à une crise socio-économique très difficile.

Des pères et mères de famille se plaignent du fait que leurs enfants ne pourront pas répondre à ce grand rendez-vous. Selon des témoignages, des parents ont tout carrément envoyé leurs enfants dans des villes de province pour sauver leur peau. Si pour certains, le gouvernement doit agir pour faciliter le retour des habitants dans leurs quartiers respectifs, pour d’autres leurs enfants iront à l’école dans des villes de province.

Le 11 septembre 2023 est la date retenue pour la rentrée scolaire. Sans évoquer l’insécurité ambiante et la crise économique sévère à laquelle font face les parents et l’état d’esprit des écoliers, le ministre Nesmy Manigat a souligné mercredi dernier que la date pour la réouverture des classes est maintenue. Le titulaire du MENFP a-t-il la garantie que les forces de l’ordre feront le nécessaire pour permettre aux élèves, aux parents et aux professeurs de circuler en toute quiétude ?

Saintus Emmanuel

Popular articles

Le déploiement de la force Kenyane en discussion 

La ministre de la justice et de la sécurité publique, Emmelie Prophète, a représenté...

Tout cela n’est que pour un temps…

Il arrivera un moment où tout ceci sera derrière nous.  Quand exactement, je ne...

Le juge de paix de Carrefour, Jean Frantz Ducasse : kidnappé

Les cas de kidnapping se multiplient dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, ces derniers...

Comme quoi, Guy Philippe est aussi menteur que ses patrons…

« 90 jours seulement pour mettre fin au problème des gangs dans le pays », a...

Latest News

“Nostalgie du temps que nous n’avons pas vécu.”

À l'été de 1999, je venais tout juste d'entrer dans la vingtaine. Ayant terminé...

Bilan quinquennal du Fonds National de l’Éducation et perspectives 2024

Jean Ronald Joseph, le directeur général du Fonds National de l’Éducation (FNE), lors d’un...

L’actuel directeur général, Meniol Jeune, et un autre haut responsable du MENFP, sous lasellette

Dans un rapport rendu public le mercredi 15 novembre 2023, l’Unité de Lutte Contre...