HomePerspective & PolitiqueLe HTC entend lancer le processus de référendum de la Constitution de...

Le HTC entend lancer le processus de référendum de la Constitution de 1987

Published on

Archives

Alors que ce 29 mars 2023 amène le 36 ème anniversaire de la Constitution haïtienne de 1987, le Haut
Conseil de la Transition (HTC) promet de réfléchir sur les divers travaux réalisés sur la
problématique de la Constitution, en vue de lancer le processus du référendum, a déclaré la
Présidente du HTC, Mirlande Hyppolite Manigat.
De son côté, l’ancien parlementaire et juriste, Reynold Georges, qui est un des fervents
défenseurs de la Constitution de 1987, rejette d’un revers de main les critiques, notamment des
anciens présidents René Préval et Jovenel Moïse, qui avaient qualifié la Constitution de source
d’instabilité. Pour lui, «ce sont des apprentis dictateurs». Le dirigeant politique a fait savoir que les
hommes politiques doivent s’adapter à la Constitution et non l’inverse. «C’est ainsi que les
dirigeants agissent dans les pays démocratiques», a accentué Me Reynold Georges. Il dit regretter
l’amendement de la Constitution qui, selon lui, cause plus de problèmes. Même s’il juge nécessaire
des amendements, notamment pour favoriser une meilleure intégration de la diaspora, M. Georges
plaide pour le respect de la procédure d’amendement. À son avis, les garde-fous insérés pour
amender la loi-mère ont permis de la protéger. Il fait remarquer que les dirigeants politiques
auraient pu amender la Constitution a trois reprises en 36 ans.
Pour sa part, l’ex-député Jerry Tardieu, un spécialiste de la Constitution haïtienne, a passé
l’essentiel de son mandat de législateur à se battre pour un amendement de la Constitution. Pour lui,
«la Constitution est un bon document qui nécessite des modifications», refusant de prendre position
pour l’un ou l’autre camp. «Il faut des nettoyages dans la Constitution», argue-t-il, plaidant pour
une réforme de la Constitution avant les élections. Il soutient que cette démarche est indispensable
pour un nouveau contrat social. L’ex-parlementaire regrette que le rapport de la commission
bilatérale, ayant proposé des modifications de la Constitution, n’ait jamais été voté par le Parlement.
M. Tardieu prône un vrai consensus sur la Constitution. Dans son dernier ouvrage, il formule sa
vision pour un amendement constitutionnel, indispensable à la stabilité socio-politique. Il exhorte
les étudiants à une prise de conscience et une forte implication dans le débat sur la loi-mère.
Par ailleurs, à l’occasion de la 36 e anniversaire de la Constitution, l’Office de la Protection
du Citoyen dit éprouver un sentiment d’inquiétude et de profonds questionnements face au spectre
d’un retour brutal des privations des Droits et Libertés, comme ce fut le cas, il y a de cela 36 ans.
«La Constitution de 29 mars avait pour mission de relever les plus faibles, de rendre la justice à
toutes celles et à tous ceux qui étaient privés de leurs droits et libertés, kidnappés par un régime
totalitaire, dirigés par des gens arrogants où l’ostracisme était à son paroxysme, puisque les droits,
dans la majorité des cas, étaient confisqués», rappelle l’OPC. La Constitution de 1987 avait
réaffirmé les droits fondamentaux proclamés par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme
et avait rompu avec les pratiques dictatoriales. La Constitution a établi la démocratie et l’État de
droit, par la participation citoyenne entre autres. L’OPC a donc salué les soldats de la résistance qui
œuvrent sans relâche pour pérenniser les acquis, au bénéfice de la majorité. «Cependant, ce 29 mars
2023 révèle en même temps un sentiment d’inquiétude et de profonds questionnements face au
spectre d’un retour brutal des privations des Droits et Libertés, comme ce fut le cas, il y a de cela 36
ans», peut-on lire dans cette note de circonstance. «Quand des gangs armés, sans légitimité, appuyés
par des ennemis de la démocratie, enlèvent aux citoyennes et aux citoyens, leurs droits pleins et
entiers de circuler librement, de vivre dans leurs maisons, dans leurs quartiers, de décider de leur
mode de vie, l’OPC y voit des atteintes graves à l’épanouissement et au bien-être», a ajouté le
document. Enfin, pour l’Office de la Protection du Citoyen, ce 29 mars devrait être aussi une
occasion en vue de réfléchir sur la nécessité d’une modification ou d’un autre texte beaucoup plus
inclusif, adapté à un autre régime politique en Haïti, après plus de trois décennies.
Emmanuel Saintus

Popular articles

Instabilite

De l'instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple...

Mythe ou vérité ? Le peuple haïtien, pour son propre malheur, choisirait-il des bandits comme leaders?

 Les analystes politiques prennent le vilain plaisir de culpabiliser les victimes en guise de...

Un Conseil Présidentiel de 7 membres, à la tête du pays, est-ce pour bientôt?

C’est une démarche boiteuse au mieux, bizarre certainement, mais il fallait bien entreprendre quelque...

La CARICOM recrute 7 nouveaux acteurs haïtiens pour pour une  débauche présidentielle  inédite

Cette organisation qui n’a jamais supporté Haïti dans sa lutte contre ses ennemis internes...

Latest News

Newsreel

Finally, an accord has been reached for the creation of the transitional government that...

Togo : l’ombre de l’intimidation plane sur l’opposition

Au Togo, plusieurs membres de l’opposition ont été interpellés et gardés à vue. Le...

La conjecture d’Haïti.

L’institut de mathématique Clay a retenu sept défis mathématiques réputés insurmontables et offre un...