HomeInsécurité & BanditismeLa police sur un faux pied de guerre...

La police sur un faux pied de guerre…

Published on

Archives

Nous avons chez nous un général des girouettes. Que de détours, que d’euphémismes, que de mots pour nier l’évidence ! Lorsque même les idiots myopes du pouvoir en place reconnaissent que les puissants gangs armés intensifient leurs agressions dans une direction très dangereuse, vous devriez probablement vous asseoir et prêter attention. De toute façon le mal est fait. Il est temps pour les policiers, de raser le centre névralgique des gangs armés. On mettra ça sur le compte de (dommage collatéral). On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Avec les adeptes de Satan, il faut plus d’une ruse dans son sac. C’est vraiment une pourriture, ce monde.

Le vendredi 27 janvier 2023, en conférence de presse, Frantz Elbé, le Directeur Général a. i. de la Police Nationale d’Haïti (PNH), à la suite de la mort de 6 policiers lors des attaques contre le Commissariat de Liancourt, a annoncé une réponse rapide aux bandits à travers une opération baptisée «Tornade 1», destinée à traquer les gangs armés sur tout le territoire national. Il a appelé les policiers au calme. «Votre commandant vous invite à garder votre calme, à rester sereins en ces temps douloureux. Je demande à tous les policiers de concentrer leur énergie, d’orienter leurs forces dans le combat que nous menons contre le grand banditisme». Par ailleurs, il a annoncé des dispositions pour renforcer les commissariats et les différentes unités spécialisées, en logistique, en armement et en munitions, ainsi que des mesures pour protéger les policiers. Il a expliqué que le retard dans la livraison des matériels commandés par le Gouvernement pour la PNH explique les difficultés à exécuter certaines opérations sur le terrain.

Par ailleurs, il a démenti que le policier blessé à Liancourt était décédé, soulignant qu’il se fait toujours soigner dans un centre hospitalier. À rappeler qu’une situation de panique a régné, le mercredi 25 janvier, dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince et dans la ville des Gonaïves (Département de l’Artibonite), après la mort de six policiers à Liancourt, à la suite de l’attaque perpétrée contre le commissariat. Très remontés, des hommes en civil ont bloqué plusieurs endroits de la zone métropolitaine de Port-au-Prince dont: Lalue, Nazon, Bourdon, Delmas, entre autres. Des pneus enflammés et des véhicules de transport en commun ont servi de barricades aux protestataires. Depuis l’annonce de l’assassinat de ces six agents à Liancourt (Artibonite), plusieurs endroits de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince sont bloqués par des policiers qui dénoncent ce nouveau drame, cinq jours après que trois policiers aient été assassinés à Pétion-Ville par des individus armés du gang de Vitelhomme. À Pétion-Ville, Delmas, Lalue, Tabarre, Torcel, Bois-Verna, entre autres, des pneus enflammés ont été érigés sur la chaussée par les protestataires pour faire passer leurs revendications. Ils ont utilisé des véhicules comme barricades, pour paralyser complètement la circulation.

Le jeudi 26 janvier, Port-au-Prince, la capitale haïtienne, et ses environs s’étaient réveillés dans un mouvement de panique après l’assassinat de Louis Kether (Commissariat des Gonaïves), Badin Makès (UDMO de Saint-Marc, Détachement Moreau – Peigne), Innocent Donaldson (UDMO des Gonaïves, Détachement Liancourt), Norabert Aurélus (UDMO des Gonaïves), Félix James Junior (UDMO de Saint-Marc, Détachement Liancourt) et Camille Pierre (UDMO des Gonaïves). Un autre policier est sorti blessé et a été hospitalisé, il s’agit de Mesadieu Osny, un agent de l’UDMO de Saint-Marc, détaché au commissariat de Liancourt. Notons aussi qu’à tout moment, des détonations sont entendues au niveau de Tabarre, de Torcel et des zones avoisinantes. Des élèves sont retournés chez eux, face à cette situation. Les portes de plusieurs entreprises commerciales et écoles sont restées fermées dans la capitale haïtienne.

Le Directeur Général de la PNH, Frantz Elbé, lance un appel au calme. À travers une note de sympathies, publiée le mercredi 25 janvier 2023, le Directeur Général de la PNH, Frantz Elbé, a une nouvelle fois présenté ses condoléances à la famille des victimes, tout en invitant les policiers à rester calmes, en vue d’apporter une réponse institutionnelle aux malfrats qui terrorisent la population et qui sèment le deuil au sein de l’institution policière.

«Cette direction, tout en présentant ses sympathies aux familles des policiers, à leurs collègues de travail et à la grande famille policière, lance à l’endroit des policiers un appel à la sérénité et en profite pour les convier à resserrer les rangs, en vue d’apporter une réponse institutionnelle aux différentes organisations criminelles qui terrorisent la population haïtienne», peut-on lire dans cette note signée du commandant en chef de la police, Frantz Elbé.

Dans la même lignée, l’Ambassade des États-Unis en Haïti se solidarise avec des forces de sécurité et les appelle au calme. L’ambassade des États-Unis en Haïti, à travers un communiqué publié le jeudi 26 janvier 2023, exprime sa solidarité avec les agents de la Police Nationale d’Haïti dont six d’entre eux ont été assassinés à Liancourt, la veille. La mission diplomatique en a profité pour appeler au calme, en vue de protéger la population et permettre «une période de deuil paisible».

«L’ambassade des États-Unis en Haïti présente ses sincères condoléances aux familles et aux amis des courageux officiers de la PNH, tués dans l’exercice de leurs fonctions, et appelle au calme pour protéger la population et permettre une période de deuil paisible», a d’abord réagi la mission diplomatique. L’ambassade réaffirme, dans le même esprit, son soutien aux «forces de sécurité» qui luttent contre l’insécurité en Haïti. «Nous sommes aux côtés des forces de sécurité alors qu’elles combattent les gangs armés pour rétablir la sécurité du peuple haïtien», a-t-elle assuré.

Cette sortie de l’ambassade des États-Unis intervient moins de 24 heures après que sept agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH) aient été massacrés à Liancourt, commune du département de l’Artibonite, par des bandits armés. Ces agents ont été attaqués par les criminels du gang de Savien, selon les informations disponibles.

Emmanuel Saintus

Popular articles

Interrogations sur les motifs de refoulement des Haïtiens munis de visa américain, canadien ou Schengen

Le refoulement des Haïtiens, munis de visa américain, canadien ou Schengen, débarquant dans les...

Conférence de commémoration du 199ème anniversaire de la dette de l’indépendance d’Haïti:

" Impact de la dette de l'indépendance dans le sous-développement d'Haïti"Le Mouvement Point Final...

Instabilite

De l'instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple...

Mythe ou vérité ? Le peuple haïtien, pour son propre malheur, choisirait-il des bandits comme leaders?

 Les analystes politiques prennent le vilain plaisir de culpabiliser les victimes en guise de...

Latest News

HISTORICAL ACCOUNT OF HAITIAN PEOPLE FROM A DIFFERENT PERSPECTIVE

Rasin Ganga [email protected] Part five Peasants class versus the State  The Peasant Class creates mechanisms that render establishing a state...

ISTWA PÈP AYISYEN YON LÒT APWÒCH

Senkyèm pati aRasin [email protected] Peyizànri parapò ak leta Peyizànri an pwodwi yon latriye mekanis ki rann...

« Ayiti, le meilleur est à venir ! »

Après autour de deux siècles de tumultes et d'épreuves multiformes et pluridimensionnelles : notre...