HomePerspective & PolitiqueDes accords entre des bras cassés de politiciens sans foi ni loi

Des accords entre des bras cassés de politiciens sans foi ni loi

Published on

Archives

«Les Haïtiens n’ont-ils pas compris que les accords de différents groupes politiques étaient une fiction» ? La réponse est OUI, bien entendu !!!! La réalité d’aujourd’hui est la surprise qu’ils réservaient aux traîtres et qu’ils n’avaient pas du tout l’intention de la leur révéler. Les révélations «extraordinaires» des bras cassés (politiciens sans foi ni loi) viennent simplement enfoncer encore plus profondément leur désinvolture et leur malhonnêteté intellectuelle….

Pour être un combattant efficace, vous devez d’abord accepter que vous n’avez pas d’autre option que celle de vous battre. Ne résistez pas à la vérité, faites-lui face: à partir de là, un moment de lucidité surgit qui vous dit quand et comment prendre l’épée pour vous battre. C’est le pouvoir de l’énergie vitale en action. La rue m’a appris une règle: lorsque la bataille est inévitable, il faut frapper le premier.

En effet, les responsables de l’Accord de Montana sont montés au créneau, le jeudi 29 décembre, pour démentir les informations selon lesquelles des signataires de cet accord ont rejoint Ariel Henry et d’autres acteurs politiques et de la société civile, à travers le nouvel accord signé le 21 décembre dernier. Cette sortie intervient après que le Groupe Signataire de l’Accord de Montana (GROSAM) ait annoncé avoir signé l’accord du 21 décembre 2022. Lors d’une conférence de presse en date du 29 décembre 2022, les tenants de l’Accord de Montana ont affiché leur désaccord face à l’initiative ayant abouti à la signature de l’accord du 21 décembre 2022. «Nous, au sein de l’Accord de Montana, sommes stupéfiés que des membres du secteur privé, quelques partis politiques et quelques organisations décident de s’unir pour endosser le bilan catastrophique du premier ministre et de son gouvernement, et pour le féliciter de ses résultats en prolongeant son mandat de 14 mois minimum», a déclaré le président élu de l’Accord de Montana, Fritz Alphonse Jean. Pour l’ancien Gouverneur de la Banque Centrale, l’Accord du 21 décembre 2022 est une manœuvre pour ses adhérents d’organiser des élections frauduleuses dans le pays. Ce qui, selon ses dires, leur permettra de placer à la tête de l’État des gens pour continuer à jouir des privilèges en s’emparant de la douane, de l’APN, du DGI, du BMPAD, entre autres. Le président élu de l’Accord de Montana affirme que cette coalition ne donne mandat à personne pour aller signer le Nouvel Accord d’Ariel Henry. «Aucune instance, aucun organe au sein de l’Accord de Montana n’autorise quiconque à mettre le nom de Montana comme signataire de l’Accord du 21 décembre», a-t-il souligné.

À rappeler que, dans une note de presse en date du 24 décembre, portant les signatures du Groupe Signataire de l’Accord Montana (GROSAM), à savoir: l’ancien conseiller électoral, Me Rodol Pierre, Micheline Jean, Me Harry Moncœur, Me Tarly Guirand, Me Jean Willy Lazarre, Romane Oméus et Mélita Pierre, le GROSAM avait annoncé avoir rejoint l’Accord du 21 décembre 2022 pour envoyer un signal clair, tester la bonne foi du gouvernement en place et des autres protagonistes concernés. «Nous réitérons notre engagement pour un consensus national inclusif, porteur de la stabilité politique, sociale, économique, sécuritaire du pays, devant déboucher sur une transition de rupture, capable de mettre le pays sur les rails démocratiques et républicains», ont-ils fait valoir à travers leur note de presse.

Dans son intervention, Fritz Alphonse Jean est revenu sur le régime de sanctions appliquées notamment par le Canada et les États-Unis contre les gangs et leurs financiers en Haïti. «Notre seul regret est que les sanctions contre les trafiquants de drogue, ces contrebandiers, ces financiers de gangs armés, ne viennent pas de nous, en Haïti, a-t-il déclaré. C’est pourquoi la population doit exiger de ce pouvoir qu’il demande aux pays appliquant ces sanctions d’envoyer les dossiers des personnes ciblées afin qu’elles s’expliquent par devant la justice haïtienne».

L’économiste Fritz Alphonse Jean souhaite que ces pays continuent de prendre des sanctions contre les auteurs de crimes financiers ou de crimes de sang, afin de décriminaliser la vie politique et économique en Haïti. «C’est ce qui permettra d’avoir des compétitions libres, dans les domaines politique et économique en Haïti», a suggéré l’ancien Gouverneur de la Banque Centrale.

De plus, Montana dit s’opposer à une intervention militaire étrangère en Haïti mais reste ouvert à une coopération pour aider la PNH. Les tenants de l’Accord du 30 août 2021 ont réitéré, lors de cette conférence, leur opposition à toute intervention militaire étrangère dans le pays. La coordinatrice de la Commission Nationale de Recherche d’une solution haïtienne à la crise, Magalie Comeau Denis, qui s’exprimait sur la question, a rappelé que les diverses interventions étrangères n’ont pas apporté les résultats escomptés sur le terrain. «Plusieurs interventions militaires étrangères ont déjà eu lieu en Haïti. Si, pendant qu’elles sont sur le terrain, un semblant de calme apparaît, elles laissent toujours derrière une situation catastrophique», a-t-elle dit, soulignant que la solution sécuritaire durable pour Haïti se trouve entre les mains des forces de sécurité interne du pays. Par ailleurs, Mme Magalie Comeau Denis dit miser sur le changement de leadership politique du pays pour casser les liens politiques avec les gangs. Ce qui, selon elle, permettra la dépolitisation de la police et la réalisation de vetting au sein de l’institution policière. «La police aura donc la capacité d’absorber une assistance internationale adéquate, définie dans le cadre d’une coopération établie avec le nouveau leadership du pays, en termes de formation, d’équipements, d’armement, d’intelligence, de technologie,», a-t-elle fait valoir.

Pendant que les acteurs politiques et de la société civile haïtienne peinent à s’entendre pour une sortie de crise et que chaque groupe promeut son accord, les gangs armés qui contrôlent une bonne partie du territoire continuent de faire des victimes et de semer le deuil au sein des familles haïtiennes. La Police Nationale, démunie, n’est plus en mesure de combattre le grand banditisme.

Entre temps, dans une note datée du 28 décembre, les présidents régionaux des Chambres de Commerce et d’Industrie du Nord (Steve A. Mathieu), du Nord-Est (Albert Pierre Paul Joseph), du Nord-Ouest (Jordan Hérard Verdule) et du Sud (Jean Nathan Letang) annoncent que, pour le moment, ils ne souhaitent pas donner leur appui à l’accord baptisé: «Consensus National pour une Transition Inclusive et des Élections Transparentes», signé entre le Premier Ministre et par certaines associations du secteur privé des affaires. Ils expliquent qu’ils ne veulent soutenir aucune démarche qui «encourage les mauvaises pratiques des signataires, qui les confortent, par l’exclusion, une fois de plus, des associations patronales régionales, renforçant de surcroit cette prétention d’imposer une certaine suprématie des décideurs et investisseurs de la capitale, sur ceux des provinces ».

Emmanuel Saintus

Popular articles

Interrogations sur les motifs de refoulement des Haïtiens munis de visa américain, canadien ou Schengen

Le refoulement des Haïtiens, munis de visa américain, canadien ou Schengen, débarquant dans les...

Conférence de commémoration du 199ème anniversaire de la dette de l’indépendance d’Haïti:

" Impact de la dette de l'indépendance dans le sous-développement d'Haïti"Le Mouvement Point Final...

Instabilite

De l'instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple...

Mythe ou vérité ? Le peuple haïtien, pour son propre malheur, choisirait-il des bandits comme leaders?

 Les analystes politiques prennent le vilain plaisir de culpabiliser les victimes en guise de...

Latest News

Newsreel

As the presidential transitional council, Conseil présidentiel de transition (CPT) struggles to see if...

Haïti Conseil Présidentiel : le CP Athlétique Club

Le mois d’avril, disent certains, est cruel.  Quand le pain quotidien n’est pas certain,...

221ième de notre Bicolore : et si les ancêtres revenaient parmi nous !

18 novembre 1803 - 18 novembre 2023, 221 années contemplent tristement la création de...