HomeHot News«L'animal politique» du Sénat rugit

«L’animal politique» du Sénat rugit

Published on

Archives

La situation politique du pays se détériore de jour en jour, particulièrement à la veille du 7 février, date marquant incontestablement la fin du quinquennat du président défunt Jovenel Moïse, tué en juillet dernier. Intimement lié au mandat du président, le premier ministre de facto, Ariel Henry, et son gouvernement n’entendent pas lâcher prise. Ils veulent rester au pouvoir et organiser les prochaines compétitions électorales. Conscient de cet état de fait, le Sénat de la République, par le biais de son président, Joseph Lambert, l’auto-proclamé «Animal Politique», de concert avec le CSPJ, a pris une résolution en défaveur du pouvoir, une position qui dérange certainement en haut lieu.

Le Sénat de la République a montré ses muscles. À travers cette résolution, ces 10 sénateurs restants veulent réduire à sa plus simple expression, le pouvoir d’Ariel Henry, au soir du 7 février, jusqu’à la mise en place d’un gouvernement de consensus. «Le gouvernement du premier ministre Ariel Henry restera au pouvoir après le 7 février 2022 pour liquider les affaires courantes, en attendant un plus large consensus politique entre les protagonistes des accords politiques, considérant que la liquidation des affaires courantes ne permet à aucun responsable de l’État d’engager celui-ci dans des projets relevant de la souveraineté nationale», pouvait-on lire dans cette résolution du Sénat autour de la gouvernance post 7 février 2022. Par ailleurs, dans ce communiqué signé par le président du Sénat, le sénateur Joseph Lambert et le président de la Commission des Affaires politiques, le sénateur Patrice Dumont, le Sénat déclare considérer Dr Ariel Henry, nommé par l’ancien président Jovenel Moïse, comme un premier ministre qui liquide les affaires courantes, à partir du 7 février 2022.

Le Sénat soutient également que «le mandat du dernier président élu de la République, Jovenel Moïse, prend incontestablement fin le 7 février 2022. De ce fait, le Secrétariat général du Palais National est instruit de déposer l’écharpe présidentielle au Sénat pour être transmise au Musée du Panthéon National, selon le vœu de la loi sur la passation de pouvoir». S’estimant être le co-dépositaire de la souveraineté nationale, le Sénat soutient qu’il a pour devoir de sauvegarder les intérêts supérieurs de la nation. À cet effet, le Sénat de la République a mandaté son bureau pour engager toutes les consultations jugées utiles, en vue d’aboutir, à brève échéance, à la tenue de ce «chita pale» tant nécessaire, pour sortir de cette crise.

Réagissant à cette résolution du Sénat, l’un des défenseurs du pouvoir, l’ex-député de la Croix-des-Bouquets et président de la Chambre basse, Jean Tolbert Alexis, a rejeté d’un revers de main cette résolution sénatoriale. Selon l’ex-président de la Chambre basse, l’Accord du 11 septembre donne au PM Ariel Henry le plein pouvoir d’enclencher et d’organiser les prochaines compétitions électorales, vu que cet accord a été publié dans le journal officiel, Le Moniteur. Dans ce message posté sur son compte Twitter, l’ex-parlementaire a fait mention du code civil pour mieux asseoir sa position.

Qualifiant le tiers du Sénat de de facto, Me André Michel, du SDP, rejette d’un revers de main cette sortie des parlementaires restants dont il avait annoncé la fin de leur mandat pour le deuxième lundi de janvier de cette année. Notons que le premier ministre de facto, Ariel Henry, ainsi que le président du Sénat ont tous deux fait une adresse à la nation, ce lundi 7 février 2022, où chacun maintient sa position.

Altidor Jean Hervé

Popular articles

Interrogations sur les motifs de refoulement des Haïtiens munis de visa américain, canadien ou Schengen

Le refoulement des Haïtiens, munis de visa américain, canadien ou Schengen, débarquant dans les...

Conférence de commémoration du 199ème anniversaire de la dette de l’indépendance d’Haïti:

" Impact de la dette de l'indépendance dans le sous-développement d'Haïti"Le Mouvement Point Final...

Instabilite

De l'instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple...

Mythe ou vérité ? Le peuple haïtien, pour son propre malheur, choisirait-il des bandits comme leaders?

 Les analystes politiques prennent le vilain plaisir de culpabiliser les victimes en guise de...

Latest News

HISTORICAL ACCOUNT OF HAITIAN PEOPLE FROM A DIFFERENT PERSPECTIVE

Rasin Ganga [email protected] Part five Peasants class versus the State  The Peasant Class creates mechanisms that render establishing a state...

ISTWA PÈP AYISYEN YON LÒT APWÒCH

Senkyèm pati aRasin [email protected] Peyizànri parapò ak leta Peyizànri an pwodwi yon latriye mekanis ki rann...

« Ayiti, le meilleur est à venir ! »

Après autour de deux siècles de tumultes et d'épreuves multiformes et pluridimensionnelles : notre...