HomeActualitéLa République Dominicaine sur pied de guerre

La République Dominicaine sur pied de guerre

Published on

Archives

Plus de 10 000 soldats dominicains sont massés à la frontière reliant la République Dominicaine et Haïti. Les autorités dominicaines, sous l’ordre du président Luis Abinader, ont fermées les points de passages à la frontière dominicaine, empêchant, du coup, le fonctionnement du marché bilatéral entre les deux pays.

De plus, devant la forte augmentation des soins médicaux aux patients haïtiens pour les 8 premiers mois de l’année 2021, soit 275 993 actes, en date du 9 septembre 2021, pris en charge par les hôpitaux du réseau public de santé dominicain (consultations ambulatoires, générales et spécialisées, accouchements, urgences, chirurgies, hospitalisations et diagnostics cliniques et d’imagerie), le Gouvernement dominicain a annoncé, le mardi 2 novembre 2021, qu’il n’offrira plus de services de santé aux Haïtiens en situation migratoire irrégulière et que seuls les cas d’urgence seront désormais pris en charge.

Cette limitation de l’accès aux services hospitaliers aux immigrants illégaux, qui entre dans le cadre d’une série de mesures adoptées par le Conseil national dominicain des migrations, affectera une grande partie de la population haïtienne qui, jusqu’à présent, reçoit des services médicaux dans les hôpitaux publics, sans être tenus de présenter une pièce d’identité.

À Santiago, des Haïtiens en situation irrégulière ont exprimé leur mécontentement face à la mesure annoncée par le Conseil des migrations, que l’accès aux hôpitaux publics soit limité pour les immigrants en situation irrégulière, sauf en cas d’urgence. Ils ont dit que cela les affecte, car ils ne peuvent pas se permettre des cliniques privées, et ils n’ont pas d’assurance médicale pour être traités dans ces centres.

Depuis le début de l’année, il y a eu 4 190 naissances de mères haïtiennes (33,6% du total national), il y a eu 6 265 hospitalisations d’Haïtiens (16,9% du total national) et 3 037 interventions chirurgicales (10,3% du total national).

Le Ministre de la Santé publique, Daniel Rivera, a souscrit à la décision du Gouvernement de ne plus fournir de services de santé aux Haïtiens en situation migratoire irrégulière dans le pays, sauf en cas d’urgence, et a défendu cette nouvelle mesure.

Concernant les parturientes haïtiennes (femme accouchant), il a dit que les centres de santé publics n’ont pas la capacité nécessaire pour prendre en charge le grand nombre de femmes haïtiennes en travail qui viennent sur le territoire national, spécialement pour accoucher. Le Ministre a expliqué qu’actuellement, 33% de toutes les naissances à l’échelle nationale correspondent à des mères haïtiennes et que l’année 2021 devrait se terminer avec 40%. Le Ministre Rivera a expliqué que dans les hôpitaux de provinces telles que Valverde et Santiago, 70% des services de natalité sont occupés par des femmes haïtiennes en travail. Il appelle les autorités haïtiennes à être responsables envers leurs citoyens. De même, il a indiqué qu’environ 80 femmes haïtiennes accouchaient dans le pays chaque jour, et pourrait atteindre le seuil de 100 accouchements par jour, si l’immigration illégale n’est pas arrêtée, une situation qu’il dit que le système de santé ne peut pas supporter, en termes de ressources humaines et financières. Notons également que les haïtiennes enceintes de plus de 6 mois ne seront désormais plus admises en République Dominicaine.

Pour mémoire en 2017, les accouchements d’Haïtiennes en République Dominicaine ont coûté plus de 100 millions de dollars américains à l’État Dominicain (Source Dr Nelson Rodriguez Monegros, Directeur de l’information du Service National de la Santé (SNS) de l’époque, auquel s’ajoutent les soins médicaux aux mères et aux enfants pour plus de 60 millions de dollars.

En outre, le lundi 1er novembre, à la suite de l’annonce par le Vice-ministre dominicain des Affaires consulaires et des migrations, Jatzel Román, de la suspension indéfiniment des visas étudiants pour les Haïtiens, les étudiants haïtiens ignoraient la portée de la mesure du gouvernement dominicain. Pour mettre fin aux incertitudes et spéculations, le Ministère dominicain des Affaires Étrangères a clarifié la portée de cette décision: «les étudiants haïtiens poursuivant actuellement des diplômes universitaires en République Dominicaine ne sont pas affectés par la mesure gouvernementale qui suspend indéfiniment, le programme de visa spécial pour les étudiants haïtiens.» Seul le renouvellement automatique de ces étudiants sera suspendu. Il précise: « Cette disposition s’applique seulement à tous ceux qui, à partir de maintenant, voudraient soumettre des demandes pour le programme spécial de visa étudiant», en résumé, cette mesure s’applique à tous les futurs nouveaux étudiants haïtiens, jusqu’à nouvel ordre.

Rappelons que la plupart des étudiants haïtiens viennent en République dominicaine avec des visas touristiques, puis ils s’inscrivent à l’université et, avec ce document, ils se rendent au Ministère des Affaires étrangères et demandent un visa étudiant. Plus tard, ils se rendent à la Direction Générale de la Migration (DGM) et reçoivent une carte qui les accrédite en tant qu’étudiant.

Selon les statistiques du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Science et de la Technologie, jusqu’en 2019, 9 208 étrangers étudiaient dans les universités dominicaines, dont le groupe le plus important, 6 023 (65%) sont haïtiens. Le deuxième groupe d’étudiants le plus important est celui des Américains (1 558) ; Vénézuéliens (548) ; Portoricains (402) ; Colombiens (201) ; Cubains (158) ; Espagnols (142) ; Italiens (62) ; Péruviens (50) ; et Mexicains (52).

Le Chancelier Claude Joseph a dénoncé la décision précipitée du Gouvernement dominicain de ne pas renouveler automatiquement les visas des Haïtiens étudiant dans les universités dominicaines et dit espérer que cette décision sera révisée au nom de la sagesse.

Emmanuel Saintus

Popular articles

Instabilite

De l'instabilité sociopolitique dégradante aux ingérences des puissances impérialistes occidentales en Haïti, le peuple...

Mythe ou vérité ? Le peuple haïtien, pour son propre malheur, choisirait-il des bandits comme leaders?

 Les analystes politiques prennent le vilain plaisir de culpabiliser les victimes en guise de...

Un Conseil Présidentiel de 7 membres, à la tête du pays, est-ce pour bientôt?

C’est une démarche boiteuse au mieux, bizarre certainement, mais il fallait bien entreprendre quelque...

La CARICOM recrute 7 nouveaux acteurs haïtiens pour pour une  débauche présidentielle  inédite

Cette organisation qui n’a jamais supporté Haïti dans sa lutte contre ses ennemis internes...

Latest News

Newsreel

Finally, an accord has been reached for the creation of the transitional government that...

Togo : l’ombre de l’intimidation plane sur l’opposition

Au Togo, plusieurs membres de l’opposition ont été interpellés et gardés à vue. Le...

La conjecture d’Haïti.

L’institut de mathématique Clay a retenu sept défis mathématiques réputés insurmontables et offre un...